GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La préfecture du Bas-Rhin a révisé à la baisse le bilan de l'attaque de Strasbourg. Les derniers chiffres donnent deux morts et 14 blessés, dont sept graves. La préfecture faisait état jusqu'à présent d'un bilan de trois morts et 13 blessés, dont huit graves.

    Asie-Pacifique

    Le procès du meurtre du demi-frère de Kim Jong-un s’ouvre en Malaisie

    media Manifestation devant l'ambassade de Corée du Nord en Malaisie pour protester contre l'assassinat du demi-frère du chef de l'Etat nord-coréen, Kim Jong-nam, le 13 février dernier. REUTERS/Athit Perawongmetha

    Le procès des deux jeunes femmes accusées d'avoir assassiné Kim Jong-nam, le demi-frère du dictateur nord-coréen Kim Jong-un, le 13 février dernier à l'aéroport de Kuala Lumpur, s’ouvre ce lundi. Depuis le début de cette affaire, les deux suspectes assurent qu'elles pensaient participer à une caméra cachée. Elles risquent la peine de mort.

    Avec notre correspondante dans la région, Margaux Bédé

    Sauf revirement de situation, les deux jeunes femmes devraient plaider non coupables. L'Indonésienne de 25 ans Siti Aisyah et la Vietnamienne de 28 ans Doan Thi Huong sont accusées d'avoir empoisonné Kim Jong Nam en lui jetant au visage du VX, un agent neurotoxique classé comme arme de destruction massive.

    Si la vidéo de surveillance de l'aéroport montre bien les deux jeunes femmes projeter quelque chose au visage de la victime, les suspectes ont assuré, après leur arrestation, qu'elles croyaient participer à une caméra cachée.

    En juillet dernier, Gooi Soon Sengh, l'avocat de  Siti Aisyah, avait répondu aux journalistes : « Nous pensons  que les principaux suspects sont les quatre Nord-Coréens qui ont fui le pays. Si nous étions capables de les arrêter, tout serait clair comme de l'eau de roche... »

    Mandat d'arrêt

    Un mandat d'arrêt international a été lancé en mars dernier pour retrouver quatre Nord-Coréens qui ont quitté Kuala Lumpur en direction de Pyongyang le jour de l'assassinat.

    Depuis le début de cette affaire, la Corée du Sud accuse son voisin du Nord d'être derrière ce meurtre. Le demi-frère de Kim Jong-un a en effet, à plusieurs reprises, critiqué ouvertement Pyongyang.

    Selon le procureur Muhama Iskandar Ahmad, entre 30 et 40 témoins dont 10 experts seront appelés pour témoigner au cours de ce procès. Un procès qui devrait durer deux mois.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.