GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • General Electric exclu du Dow Jones, l'indice vedette de Wall Street
    • Les Etats-Unis se retirent du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (Haley)
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: la junte promet des élections en novembre 2018

    media Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha, ancien commandant en chef de l'Armée royale thaïlandaise, le 10 mai 2016 à Bangkok. REUTERS/Athit Perawongmetha

    Le chef de la junte au pouvoir en Thaïlande a promis ce mardi 10 octobre d'organiser des élections en novembre 2018.  La date précise sera annoncée en juin prochain. Depuis le coup d'Etat de mai 2014 qui a renversé le gouvernement civil de Yingluck Shinawatra, les militaires avaient sans cesse repoussé la date des élections.

    Depuis le coup d'Etat de mai 2014, la junte avait annoncé des élections à deux reprises. Un scrutin repoussé à chaque fois par l'ancien chef de la junte aujourd'hui Premier ministre, Prayuth Chan-ocha, qui avait expliqué qu'il fallait réformer le système politique thaïlandais trop corrompu.

    La junte avait aussi promis des législatives en 2017, en cas d'adoption de la Constitution. Mais même approuvé par une majorité des électeurs, le texte controversé n'avait pas permis le retour à la démocratie, bien au contraire.

    Selon la nouvelle Constitution, le Parlement se retrouve sous la coupe du Sénat contrôlé par les généraux. Pour justifier le report des élections, les militaires se sont aussi appuyés sur la période de deuil national d'un an, suite à la mort du roi Bhumibol Adulyadej.

    Enfin, le départ en exil de l'ancienne Première ministre, Yingluck Shinawatra, pour échapper à des poursuites largement dénoncées comme politiques, semble avoir ouvert la voie à de nouvelles élections. Des élections qui pour de nombreux observateurs peuvent encore être reportées, car les annonces des militaires visent surtout à calmer les pressions internationales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.