GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine appelle les Etats-Unis à préserver l'accord sur le nucléaire iranien

    media Pékin appelle Washington à préserver l'accord nucléaire avec l'Iran. (Photo : centrale nucléaire de Bushehr, dans le sud de l'Iran) REUTERS/Mehr News Agency/Majid Asgaripour/File Photo

    Pékin appelle Washington à préserver l'accord nucléaire avec l'Iran. Donald Trump doit prendre la parole à ce sujet ce 13 octobre. La Chine est l'une des 6 puissances qui ont signé en 2015 avec l'Iran un accord destiné à empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique.

    Pékin espère le maintien de l'accord nucléaire uranien. C'est ce qu'a fait savoir  la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying : « Nous pensons que cet accord est important afin d'assurer le régime international de non prolifération nucléaire ainsi que la paix et la stabilité de la région. Nous espérons que toutes les parties continueront à préserver et à mettre en oeuvre cet accord ». Yang Jiechi qui dirige la diplomatie chinoise aurait évoqué ce dossier lors d'une conversation téléphonique jeudi 12 octobre avec le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

    Donald Trump doit prendre la parole à ce sujet dans la journée. La Chine est l'une des six puissances à avoir signé en 2015 un accord avec l'Iran destiné à empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique. Le président des Etats-Unis pourrait refuser aujourd'hui de « certifier » le fait que Téhéran respecte ses engagements. Les parlementaires auraient alors soixante jours pour décider de ré-imposer, ou non, les sanctions levées depuis 2015.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.