GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L'Otan s’inquiète d’une possible intervention militaire en Corée du Nord

    media Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan. REUTERS/Fabrizio Bensch

    Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a mis en garde ce vendredi 13 octobre contre une intervention militaire en Corée du Nord qui aurait « des conséquences dévastatrices ».

    « L'usage de la force militaire aura des conséquences dévastatrices, je pense que personne ne veut vraiment cela », a déclaré Jens Stoltenberg, interrogé par l’AFP sur la rhétorique guerrière employée par Donald Trump à propos de la crise nord-coréenne. « Les Etats-Unis ont le droit de se défendre et de défendre leurs alliés, mais en même temps je suis tout à fait certain que personne ne veut une solution militaire », a-t-il ajouté.

    Le président américain a réagi avec virulence à une série de tests de missiles balistiques de longue portée et à un essai nucléaire effectués par Pyongyang, qualifiant le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un de « fou avec des armes nucléaires » et menaçant de déverser le « feu et la colère » sur la Corée du Nord.

    Dans ce contexte, le patron de l'Otan est attendu fin octobre au Japon et en Corée du Sud, où il ira témoigner du soutien des Occidentaux dans cette crise. « Il faut une pression économique forte sur la Corée du Nord, il faut continuer d'utiliser tous les moyens politiques et diplomatiques disponibles parce que ce qu'ils (les responsables nord-coréens, ndlr) font maintenant est dangereux et constitue une menace mondiale qui requiert une réponse mondiale », a martelé Jens Stoltenberg. « Toutefois, l'Otan n'a pas pour projet d'avoir une présence militaire dans cette partie du monde », a-t-il précisé.

    (Avec agences)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.