GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie/chimique: vote vendredi de l'ONU sur une prolongation d'un mois du mandat des enquêteurs (diplomates)
    • Le maire de Caracas, en fuite du Venezuela, va partir en Espagne (porte-parole)
    • Zimbabwe: la plupart des sections régionales du parti au pouvoir demandent à Mugabe de partir (TV d'Etat)
    • Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés (OSDH)
    Asie-Pacifique

    L'ex-Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif inculpé pour corruption

    media Nawaz Sharif à Islamabad, le 26 septembre 2017. REUTERS/Faisal Mahmood

    La Cour suprême pakistanaise a inculpé ce jeudi 19 octobre Nawaz Sharif pour corruption. L'ancien Premier ministre a été contraint de démissionner en juillet dernier suite aux révélations des Panama Papers sur de luxueux biens immobiliers détenus par la famille Sharif via des holdings off-shore. La justice a également inculpé la fille ainsi que le gendre de Nawaz Sharif.

    Les accusations de corruption contre Nawaz Sharif et des membres de sa famille remonte à 2016, lorsque des documents confidentiels d'un cabinet d'avocats panaméen ont fuité dans la presse. L'affaire des Panama Papers avait fait scandale puisqu'elle avait révélé plusieurs affaires d'évasion fiscale un peu partout dans le monde, impliquant notamment l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, sa fille Maryam et son gendre Muhamad Safdar, tout trois inculpés pour corruption ce jeudi 19 octobre par la Cour suprême.

    Accusés de posséder des actifs off-shore qu'ils ont utilisés pour acheter des biens immobiliers à Londres, les inculpés ont plaidé non coupables. Ces révélations avaient contraint Nawaz Sharif fin juillet à démissionner de son poste de Premier ministre, ce qui ne l'avait pas empêché de tenir des discours enflammés cet été pour dénoncer la sentence.

    Il n'est pas exclu que ces inculpations -qui interviennent à moins d'un an des prochaines élections législatives- bénéficient au leader charismatique de l'opposition Imran Khan, qui fait justement de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Quant à Nawaz Sharif, il n'en est pas à son coup d'essai, c'est la deuxième fois qu'il est contraint de quitter son poste pour corruption. La dernière fois c'était en 1993.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.