GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Législatives anticipées: les Japonais se sentent-ils menacés par Pyongyang?

    media Le Premier ministre Shinzo Abe (c), leader du Parti démocratique libéral en meeting pour les législatives, à Tokyo, le 20 octobre 2017. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

    Les Japonais sont appelés aux urnes ce dimanche 22 octobre. Des élections anticipées convoquées par Shinzo Abe. Le Premier ministre a dissous la chambre basse du Parlement le 28 septembre, afin d’avoir la légitimité nécessaire pour faire face à ce qu’il nomme une « crise nationale », notamment liée à la menace nord-coréenne. Il entend ainsi se réaffirmer en tant que seul protecteur de la nation et conserver un pouvoir qu’il détient depuis 5 ans. Mais les Japonais se sentent-ils vraiment menacés par les missiles coréens ? Reportage à Kyoto, au centre du pays.

    Avec notre correspondant à Kyoto,  Alexandre Barbe

    Dans les rues de Kyoto, c’est avec les haut-parleurs que les candidats font campagne. Mais si la Corée du Nord est dans tous les discours, elle n’est pas dans tous les esprits.

    Kenkô ne croit pas à une guerre. « Des missiles ont survolé le Japon, certes, mais je ne ressens pas de menace particulière. Alors oui bien sûr, c’est important de protéger la nation, mais le Japon a d’autres problèmes à régler à l’intérieur du pays », estime-t-il.

    En revanche, pour Ai, originaire d’Hiroshima, l’inquiétude est réelle.« J’allais souvent en voyage en Corée du Sud, mais je n’y vais plus depuis qu’il y a ce problème des missiles. Parce que ça fait peur », avoue-t-elle.

    Un sentiment de crise qui permettrait à Shinzo Abe de regagner l’opinion après plusieurs scandales. C’est l’avis de Jô, étudiant : « J’ai l’impression qu’on attise une crainte sans fondement. Je pense que le gouvernement Abe agite la menace nord-coréenne et s’en sert pour entretenir sa cote de popularité. »

    Au final les missiles coréens ravivent un débat cher au Premier ministre : la conversion des forces d’autodéfense en une véritable armée. Un objectif à portée de main s’il obtient une majorité suffisante.

    (Re) lire : Japon: Shinzo Abe convoque des élections législatives anticipées

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.