GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)
    Asie-Pacifique

    Inde: un troisième journaliste tué en l'espace de trois mois

    media L'Inde est un des pays d'Asie les plus dangereux pour la presse. AFP PHOTO/Indranil MUKHERJEE

    Un journaliste a été assassiné dans le nord de l'Inde ce samedi 21 octobre. Le reporter d'un journal local a été abattu de plusieurs balles alors qu'il se trouvait dans un magasin. Il était également proche du principal groupe nationaliste hindou. C'est le troisième journaliste tué en trois mois dans le pays.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Rajesh Mishra était un journaliste trentenaire du Dainik Jagran, l'un des deux quotidiens les plus lus en Inde. Il a été abattu à Ghazipur, dans l'Etat de l'Uttar Pradesh, au nord du pays, vers 7h00 du matin. Trois hommes sont alors arrivés à moto près du magasin où il se trouvait et lui ont tiré plusieurs balles dans le corps.

    Une foule de villageois a ensuite protesté et endommagé des véhicules avant d'être contrôlée par la police. Les autorités affirment avoir déjà identifié deux des trois suspects, mais ne précisent pas quel est le motif de ce meurtre.

    Rajesh Mishra a pu être assassiné pour son travail de reporter. Deux autres journalistes ont déjà été tués depuis trois mois en Inde, un pays qui se trouve à 136e place dans le classement de Reporters sans frontières (RSF) sur la liberté de la presse.

    Mais cet homme était également un membre du mouvement nationaliste hindou du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS, Corps national des volontaires), le bras idéologique du parti au pouvoir en Inde. Et son militantisme a pu lui valoir des ennemis à un moment ou cette association est en plein prosélytisme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.