GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Bangladesh envisage un programme de stérilisation de réfugiés rohingyas

    media Des réfugiées rohingyas arrivent dans un camp à Teknaf, au Bangladesh, le 25 octobre 2017. REUTERS/Hannah McKay

    Les autorités bangladaises envisagent ainsi des stérilisations volontaires dans les camps de réfugiés rohingyas pour éviter un boom des naissances.

    Après avoir fui les violences en Birmanie, plus de 900 000 réfugiés rohingyas vivent aujourd'hui dans des camps au sud du Bangladesh. 600 000 d'entre eux sont arrivés depuis l'intensification de la crise en août.

    Selon les autorités bangladaises, 20 000 femmes rohingyas seraient actuellement enceintes dans les camps de réfugiés et 600 auraient déjà accouché depuis leur arrivée au Bangladesh.

    Face à cette explosion démographique, le problème de la natalité se pose plus que jamais pour cette communauté qui a traditionnellement beaucoup d’enfants : certaines familles en comptent jusqu'à 19.

    Communauté ostracisée

    Les raisons de cette très forte natalité sont multiples. « Les Rohingyas ont trop d'enfants, par ignorance, explique le directeur du Planning familial bangladais. Toute la communauté a été volontairement ostracisée ».

    La Birmanie interdit aux Rohingyas d'aller à l'école ou à l'hôpital. La majorité d'entre eux n'ont jamais eu accès à des moyens de contraception et, pour de nombreuses femmes rohingyas, le contrôle des naissances est perçu comme un pêché.

    Le Bangladesh a tenté ces dernières semaines de mener une campagne de sensibilisation, de distribuer des moyens contraceptifs. Sans succès.

    Pour cette raison, un programme de stérilisation a été proposé, annoncé comme volontaire, qui prévoit la vasectomie pour les hommes, la ligature des trompes de Fallope pour les femmes. Mais cette proposition n'a rien de définitif. Un comité sanitaire doit encore donner son feu vert.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.