GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Décembre
Mercredi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Liban: l’Iran rejette les «accusations sans fondement» de Saad Hariri

    media Bahram Ghasemi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l'Iran, accuse Saad Hariri de créér des tensions au Liban. AFP/Atta Kenare

    L'Iran a immédiatement réagi, samedi 4 novembre, aux accusations du Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri, qui a annoncé depuis Riyad sa démission et affirmé craindre pour sa vie, tout en dénonçant les ingérences de l'Iran et de son allié le Hezbollah libanais dans les affaires des pays de la région, notamment sa « mainmise » sur le Liban.

    Avec notre correspondant en Iran, Siavosh Ghazi

    Le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Ghassemi a accusé Saad Hariri de répéter les accusations sans fondement et irréelles des Américains et des Israéliens contre l'Iran. D’après lui, « la répétition des accusations sans fondement montre que cette démission est un nouveau scénario pour créer des tensions au Liban et dans la région ».

    « La subite démission de Saad Hariri et son annonce dans un autre pays, l'Arabie saoudite, est non seulement regrettable et surprenante, mais montre qu'il joue sur un terrain des ennemis de de la région dont le seul vainqueur est le régime sioniste », a-t-il affirmé.

    L'Iran veut se consacrer à la reconstruction de l'Irak et de la Syrie

    L'Iran soutient le Hezbollah libanais et les gouvernements syrien et irakien, qui luttent contre le groupe Etat islamique et al-Qaïda, en envoyant dans ces deux pays des conseillers militaires et des volontaires.

    Bahram Ghassemi affirme qu'avec la défaite du groupe EI et des autres groupes terroristes dans la région, il fallait se concentrer sur la reconstruction des pays comme la Syrie et l'Irak et non créer de nouvelles divisions parmi les pays musulmans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.