GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Une Singapourienne en détention pour des activités liées au terrorisme

    media Vue de Singapour. REUTERS/Woo Yiming

    Si à ce jour, la Cité-Etat n'a pas connu d'attaque terroriste sur son sol, certains de ses citoyens sont tout de même touchés par la radicalisation. Une mère de famille est aujourd'hui en détention pour avoir tenté de rejoindre les rangs de l'Etat islamique.

    Avec notre correspondante à Singapour,  Margaux Bédé

    Munavar Baig Amina Begam, citoyenne singapourienne de 38 ans, s'est radicalisée sur internet. L'un de ses contacts l'a convaincue que le groupe EI se battait pour défendre les musulmans sunnites en zones de conflit.

    Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur explique que cette mère de deux enfants soutenait l'Etat islamique en Irak et en Syrie et avait l'intention de rejoindre le groupe terroriste au Moyen-Orient.

    Toujours selon le ministère, « cette femme au foyer s'est radicalisée au point qu'elle était prête à se soumettre à un entraînement militaire et à prendre les armes pour se battre ».

    Aujourd'hui, Munavar Baig Amina Begam est la deuxième femme emprisonnée dans le cadre de la loi de sécurité intérieure. Une loi qui permet de maintenir des suspects en détention jusqu'à deux ans sans procès. Le ministère a également annoncé l'arrestation d'Abu Thalha bin Samad, professeur de religion et membre de la Jemaah Islamiyah, un groupe extrémiste responsable des attentats de Bali, en Indonésie, qui avaient fait plus de 200 morts en 2002.

    Ces arrestations portent à vingt le nombre de Singapouriens radicalisés et détenus depuis 2015.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.