GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Apec: «l'Amérique d'abord» de Trump face à une Chine prônant la mondialisation

    media Discours de Donald Trump au sommet de l'Apec, à Danang, le 10 novembre 2017. REUTERS/Anthony Wallace/Pool

    « L'Amérique d'abord »: ce vendredi 10 novembre, le président américain Donald Trump a martelé au Vietnam lors du sommet de l'Apec à Danang, son slogan de campagne, assurant que les Etats-Unis « ne toléreraient plus » les échanges inéquitables. De son côté, le président chinois Xi Jinping a livré une vision bien différente : pour lui, La mondialisation est une « tendance historique irréversible ».

    Arrivé le vendredi 10 novembre à la mi-journée dans la ville côtière de Danang pour le sommet annuel des pays du forum de l'Asie-Pacifique (Apec), le président américain, Donald Trump, a assuré qu'il ne laisserait « plus les Etats-Unis se faire abuser ». « Nous ne pouvons plus tolérer les abus commerciaux chroniques », a-t-il martelé dans un discours de dénonciation qui ne comportait cependant aucune proposition ou initiative nouvelle.

    Puis, il a ajouté qu'il mettra « toujours l'Amérique d'abord, de la même manière que, j'espère, que vous tous dans cette pièce donnerez la priorité à vos pays respectifs », reprenant un formule qu'il avait déjà utilisée à la tribune des Nations unies en septembre 2017.

    Le président américain était très attendu dans la région par des dirigeants toujours sous le choc du retrait abrupt des Etats-Unis de l'accord de libre-échange Asie-Pacifique (TPP), décidé par Donald Trump trois jours seulement après son arrivée à la Maison Blanche. Face à ces derniers, il a défendu bec et ongle sa décision, soulignant que l'Amérique ne signerait plus de « grands accords qui lui lient les mains et l'obligent à renoncer à sa souveraineté ».

    Le président chinois Xi Jinping arrive à Danang, le 10 novembre 2017. REUTERS/Kham

    La Chine défend le libre-échange

    La mondialisation est une « tendance historique irréversible », a estimé pour sa part le président chinois Xi Jinping, qui s'exprimait juste après le président américain Donald Trump au sommet annuel du forum de l'Asie-Pacifique (Apec), à Danang au Vietnam. Les échanges doivent être repensés pour être « plus ouverts, plus équilibrés, plus équitables et bénéfiques pour tous », a-t-il expliqué, se plaçant en nouveau champion du libre-échange.

    « Nous devrions soutenir le libre-échange et pratiquer un régionalisme ouvert pour permettre aux pays en développement de tirer davantage profit du commerce et des investissements internationaux », a de son côté poursuivi le président chinois. Sorti renforcé du dernier congrès du Parti communiste, Xi Jinping est désormais vu comme le dirigeant le plus fort depuis des décennies, à la tête d'un pays qui se voit en puissance montante à même d'ébranler la domination américaine.

    La Chine a d'ailleurs également annoncé élargir l'accès des entreprises étrangères à son secteur financier, mettant fin à des restrictions vivement critiquées par les partenaires de Pékin.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.