GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: Aung San Suu Kyi cherche à renforcer la coopération en Asie du Sud-Est

    media La conseillère d'Etat birmane Aung San Suu Kyi, à son arrivée à l'aéroport Pampanga, au nord de Manille, capitale des Philippines, le 11 novembre 2017. NOEL CELIS / AFP

    Aung San Suu Kyi est arrivée aux Philippines ce samedi. Elle va participer au sommet de l'Asean, qui regroupe les pays d'Asie du Sud-Est. Elle était auparavant au sommet de l'Apec, au Vietnam. Ce sont les premiers déplacements pour la conseillère d'Etat birmane depuis le début de la nouvelle crise des Rohingyas et la pression de la communauté internationale.

    Avec notre correspondante à Rangoun, Sarah Bakaloglou

    En septembre dernier, Aung San Su Kyi avait annulé son déplacement à l'Assemblée générale des Nations unies, deux semaines après le début des nouvelles violences dans l'Etat de l'Arakan. Pour la Birmanie aujourd'hui, ces deux rendez-vous internationaux ont essentiellement un objectif économique : renforcer la coopération en Asie du Sud-Est. C'est ce que la prix Nobel de la paix a souligné dans un communiqué ce samedi 11 novembre.

    Un déplacement qui intervient une semaine après la visite du Fonds monétaire international (FMI) à Rangoun. Le FMI avait précisé ne pas se mêler de la situation politique, mais être attentif à ses conséquences sur l'économie.  

    Même si elle peut compter sur le soutien de la Chine, Aung San Suu Kyi devrait donc avoir du mal à éviter la question des Rohingyas lors des rencontres bilatérales. D'autant que l'Indonésie ou la Malaisie, par exemple, ont dénoncé la gestion de la crise par le gouvernement birman. Une question que la prix Nobel de la paix a déjà abordé avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau, au Vietnam.

    L'occasion pour la dirigeante birmane de rassurer sur ses intentions, face aussi à la menace des sanctions internationales. Et ce, à quelques jours de la visite du secrétaire d'Etat américain dans le pays. Rex Tillerson est attendu le 15 novembre et doit rencontrer Aung San Suu Kyi.   

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.