GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rex Tillerson appelle à une enquête indépendante sur les violences en Birmanie

    media Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson et la conseillère spéciale Aung San Suu Kyi lors de leur conférence de presse conjointe, le 15 novembre 2015. REUTERS/Aye Win Myint

    La crise des Rohingyas est au cœur de la visite de Rex Tillerson ce mercredi 15 novembre en Birmanie. Le secrétaire d'Etat américain a rencontré séparément Aung San Suu Kyi et le chef de l'état-major de l'armée birmane, le général Min Aung Hlaing, dans la capitale, Naypyidaw. Lors d'une conférence de presse au coté de la prix Nobel de la paix, le chef de la diplomatie américaine a appelé à une enquête impartiale sur les opérations militaires dans l'Etat de l'Arakan.

    Avec notre correspondante à RangoonSarah Bakaloglou

    Au côté d’Aung San Suu Kyi, Rex Tillerson a dénoncé des scènes horribles dans l'ouest de la Birmanie, mais en ajoutant que des sanctions des Etats-Unis contre le pays n'étaient pas recommandées pour le moment. Le chef de la diplomatie américaine a donc appelé à une commission d'enquête indépendante.

    Un appel qui intervient deux jours après les résultats de l'enquête de l'armée birmane sur ses propres opérations dans l'Etat de l'Arakan, concluant que les militaires n'avaient commis aucune violence contre des civils. Des Rohingyas, qui sont plus de 600 000 à avoir fui de l'autre côté de la frontière.

    Rex Tillerson a appelé à la coopération entre la Birmanie et le Bangladesh au sujet de leur retour. Le chef de la diplomatie a aussi rappelé aux militaires qu'ils devaient assurer la sécurité des habitants de l'ouest du pays et soutenir le gouvernement civil.

    De son côté, Aung San Suu Kyi a répondu à ceux qui l'accusaient d'avoir été silencieuse sur cette crise. La dirigeante birmane a expliqué faire attention à ne pas monter les communautés ethniques les unes contre les autres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.