GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: les négociations avec la guérilla communiste officiellement rompues

    media Rodrigo Duterte renonce finalement à relancer le processus de paix avec la NPA. REUTERS/ Ezra Acayan/Po

    La guérilla communiste de la Nouvelle armée du peuple (NPA) aux Philippines est l'une des insurrections les plus vieilles et meurtrières d'Asie. En presque un demi-siècle, le conflit a tué 40 000 personnes. Rodrigo Duterte avait suscité l'espoir d'y mettre fin en relançant le processus de paix, jusqu'à libérer d'anciens cadres du parti et les nommer au sein de son gouvernement. Finalement, le président controversé a officiellement rompu toute négociation avec les communistes, qu'il traite de « terroristes ».

    Avec notre correspondante à Manille,  Marianne Dardard

    Un sentiment de grand gâchis et la crainte d'une multiplication des attaques domine après la confirmation par décret présidentiel de la fin du dialogue de paix.

    Selon Rodrigo Duterte, les communistes ont « échoué à prouver leur sincérité et leur attachement dans la poursuite des négociations de paix en commettant des actes de violence ».

    Plus tôt dans la semaine, le président avait dénoncé la mort d'un bébé dans une embuscade attribuée à la Nouvelle armée du peuple (NPA), branche armée du parti communiste philippin.

    Rodrigo Duterte avait déjà menacé d'interrompre le dialogue de paix cet été, après d'autres accidents. En réaction, les communistes avaient alors annoncé l'intensification des offensives.

    La NPA opère principalement dans le sud-est de Luzon, la grande île du nord, et à plusieurs endroits du sud de l'archipel, déconseillés aux voyageurs par plusieurs ambassades occidentales.

    Fondé par Jose Maria Sison, exilé aux Pays-Bas, le parti communiste philippin d'inspiration maoïste incarne la gauche aux yeux de la plupart des Philippins. Et, pour ses partisans, la force politique qui a payé le plus lourd tribut sous la dictature de Ferdinand Marcos.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.