GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pakistan: un sit-in d'islamistes dégénère, l'armée appelée en renfort

    media Des tentes en feu pendant les heurts entre les foces de l'ordre et les manifestants qui bloquent depuis près de trois semaines le principal accès à Islamabad. Au moins 6 morts et près de 200 blessés. REUTERS/Stringer

    Le gouvernement pakistanais a fait appel samedi 25 novembre à l'armée pour sécuriser Islamabad. La capitale pakistanaise a été le théâtre de heurts violents entre la police et des islamistes. L'armée n'a pas encore fait de commentaire dans l'immédiat. Pendant l'opération, au moins 6 personnes été tuées, dont un policier, et au moins 190 personnes, dont 137 membres des forces de sécurité, ont été blessées.

     

    Ce samedi, près de 9 000 policiers et paramilitaires ont été déployés à Islamabad, pour essayer de contenir les 2 000 manifestants, mais la situation semble bloquée avec l'appel du gouvernement à l'armée, signe que la police n'arrive pas à maîtriser la situation sur place.

    Les policiers ont reçu l'ordre d'agir pacifiquement, mais lorsqu'ils ont tiré les premières grenades lacrymogènes, la situation a commencé à dégénérer. Un policier a été tué pendant cette opération qui a été suspendue dans l'après-midi et n'aurait pas encore reprise.

    A l'origine des troubles, l'intervention de la police pour tenter de déloger un millier de membres du nouveau parti politique musulman radical, le Tehreek-e-Labaik. Les islamistes demandent la démission du ministre de la Justice, Zahid Hamid, qu'ils accusent d'avoir amendé la loi très controversée sur le blasphème.

    Au Pakistan, il s'agit d'une question de société très sensible : toute personne coupable d'injure envers l'islam encourt la peine de mort ou la prison à perpétuité. Chaque tentative de réformer la loi provoque systématiquement des débordements, souvent mortels.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.