GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Les Rohingyas sont peut-être victimes d'un génocide, déclare l'ONU

    media Au Bangladesh, des réfugiés rohingyas font la queue pour obtenir des couvertures à l'extérieur du camp de Kutupalong près de Cox's Bazar, le 24 novembre 2017. REUTERS/Susana Vera

    Un génocide en Birmanie. Le mot a été lâché à l'ONU, durant la session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, mardi 5 décembre, à Genève. Le Haut commissaire Zeid Ra'ad Al Hussein a dénoncé des attaques planifiées contre la minorité musulmane des Rohingyas. Un total de 626 000 personnes a déjà fui au Bengladesh. Et ce nombre ne fait qu'augmenter.

    Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

    L'ONU avait déjà dénoncé une tentative d'épuration ethnique de la part des autorités birmanes. Cette fois, le Haut commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, va plus loin. Il a rappelé la litanie d'atrocités commises contre les Rohingyas : « Si on considère les récentes accusations de tueries, les incendies de maisons avec les familles à l'intérieur, les déplacements forcés, si on considère aussi que les Rohyingias se définissent eux même comme un groupe ethnique à part entière, avec leur culture, leur langue... A la lumière de tous ces élements, est-ce que quelqu'un peut nier que nous n'avons pas ici les éléments d'un génocide ? Je demande au Conseil de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin maintenant à cette folie ».

    Zeid Ra'ad Al Hussein demande désormais la création d'un mécanisme impartial et indépendant pour enquêter sur les crimes commis en Birmanie. A la manière de celui qui existe déjà pour la Syrie. Mais le problème est le même : les autorités birmanes ne veulent pas d'observateurs sur le terrain. En réponse aux accusations, le représentant de la Birmanie au conseil des Droits de l'homme a préférer parler d'erreurs de jugement et d'appréciation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.