GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 24 Janvier
Jeudi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Libye: au moins 22 morts dans un double attentat à Benghazi
    • Davos: Trump rencontrera May, Netanyahu, Kagame (Maison Blanche)
    • Maduro se dit prêt à se présenter à sa réélection à la présidentielle au Venezuela
    • Trump va appeler Erdogan pour évoquer l'offensive turque en Syrie (officiel)
    • Offensive turque en Syrie: Macron dit sa «préoccupation» à Erdogan (Elysée)
    • Libre-échange: Trump juge que les négociations sur l'Aléna «avancent bien»
    • France/Corse: Gilles Simeoni, déçu par l'attitude de l'Etat, appelle à "une grande manifestation" (tweet)
    • Venezuela: le gouvernement convoque une élection présidentielle anticipée avant fin avril
    Asie-Pacifique

    Taïwan veut tourner la page de son passé autoritaire

    media Des statues du dictateur Tchang Kaï-chek dans un parc de Taoyuan dans le nord de Taïwan. SAM YEH / AFP

    Les symboles à la gloire de l'ancien dictateur nationaliste taïwanais Tchang Kaï-chek vont être retirés à travers l'île après l'adoption d'une loi destinée à tourner la page de son passé autoritaire.

    Les parlementaires taïwanais ont adopté ce mardi 6 décembre au soir une loi sur la « justice transitionnelle » qui prévoit l'enlèvement obligatoire de tous les signes d'hommage et monuments dédiés au dictateur Tchang Kaï-chek. Les statues seront donc déboulonnées et des rues et des écoles seront rebaptisées.

    La loi ouvre aussi la voie à une enquête exhaustive sur la « Terreur blanche » qui régna sur Taïwan à partir de 1949, quand les nationalistes du Kuomintang (KMT) avaient fui la Chine continentale après leur défaite face aux troupes communistes de Mao Tsé Toung. Entre 1949 et jusqu'en 1987, date de la levée de la loi martiale, des milliers de personnes jugées hostiles au gouvernement ont été torturées et tuées sous le règne de Tchang et de son fils.

    Certains Taïwanais militent depuis très longtemps pour que les personnes injustement jetées en prison et des victimes exécutées soient blanchies et les auteurs dénoncés au grand jour. Le règne autoritaire de Tchang Kaï-chek doit être « expurgé de toute légitimité » car il viole la liberté et la démocratie, dit la loi. La présidente Tsai Ing-wen doit ratifier la loi dans les deux prochaines semaines.

    Les statues de Tchang sont régulièrement dégradées dans l'île. Des centaines d'entre elles gisent, abandonnées, autour de son mausolée près de Taïpei. Depuis leur arrivée au pouvoir en mai 2016 Tsai Ing-wen et sa formation politique, le Parti démocratique progressiste (PDP), ont pris pour cible l'héritage de l'ancien dictateur. Il y a quelques temps, les autorités avaient déjà annoncé qu'un lieu à sa mémoire se verrait interdire la vente de souvenirs le dépeignant.

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.