GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Janvier
Mardi 16 Janvier
Mercredi 17 Janvier
Jeudi 18 Janvier
Aujourd'hui
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Législatives au Cambodge: l’UE suspend son assistance à la commission électorale

    media Au pouvoir depuis 32 ans, le Premier ministre Hen Sen devrait être reconduit pour un nouveau mandat de cinq ans REUTERS/Samrang Pring

    Après les Etats-Unis, l'Union européenne a décidé à son tour de suspendre son assistance à l'organisation des législatives au Cambodge prévues l'an prochain. La représentation diplomatique européenne à Phnom Penh a justifié sa décision en dénonçant l'exclusion arbitraire du principal parti d'opposition, rendant le processus électoral illégitime.

    La commission électorale cambodgienne ne bénéficiera plus de l'aide financière de l'Union européenne. Avec le Japon, l’UE figurait parmi les plus gros contributeurs de cette entité en théorie indépendante. En cause, la dissolution le mois dernier par la Cour suprême du principal parti d'opposition : le parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP).

    Bruxelles a emboîté le pas à Washington qui avait dès la mi-novembre suspendu toute aide à l'organisation des élections, considérant que celles-ci ne seraient pas légitimes. Début septembre déjà, le chef du CNRP, Kem Sokha, avait été emprisonné et inculpé pour « trahison et espionnage » en faveur des Etats-Unis.

    Après l'annonce de non-assistance électorale de Washington, le Premier ministre Hun Sen et la commission électorale avaient assuré que les élections se tiendraient comme prévu, même sans aide ni observateurs internationaux. Mardi, la Commission électorale a réservé le même accueil à l'annonce des Européens : « les équipements, budgets, aspects techniques et ressources humaines sont déjà prêts », a réagi Som Sorida, secrétaire général de la commission.

    En faisant place nette, l'inamovible Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 32 ans, sera probablement reconduit pour un nouveau mandat de cinq ans. Un glissement vers une dictature qui ne semble pourtant pas inquiéter le Japon, la Chine, la Corée du Sud et la Russie. Ces pays n'ont pas retiré leur assistance à l'organisation du prochain scrutin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.