GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Chine: 10 000 morts à Tiananmen en 1989, d'après un télégramme déclassifié

    media C’est l’une des photos les plus célèbres au monde: l’homme qui arrête tout seul une colonne de chars près de la place Tiananmen, au centre de Pékin, pendant le massacre qui a débuté dans la nuit du 3 au 4 juin 1989. Bettmann / Contributeur

    Le 4 juin 1989, les autorités chinoises réprimaient dans le sang un mouvement de révolte d'étudiants, d'intellectuels et d'ouvriers chinois. Ceux-ci étaient venus, sur la place Tiananmen, pour réclamer de Pékin des réformes politiques et démocratiques. Selon les estimations de l'époque, le bilan du massacre faisait état de plusieurs centaines à un millier de morts. Mais d'après une archive britannique, qui vient d'être déclassifiée, ce chiffre serait largement sous-estimé : la répression de la manifestation aurait fait dix mille morts.

    Avec notre correspondante à Shangaï, Angélique Forget

    Resté classé « secret défense » pendant plus de 28 ans, un document consacré aux évènements de la place Tiananmen a été rendu public par les Archives nationales britanniques.

    Il s'agit d'un télégramme secret, envoyé le 5 juin 1989 au matin, au lendemain du massacre de Tiananmen. Signé par l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Pékin, Alan Donald, il raconte la violence qui s'est déchainée dans la nuit.

    « Les blindés ont ouvert le feu sur la foule avant de lui rouler dessus » écrit-il. « Ils ont roulé sur les corps à de nombreuses reprises, avant que les restes soient ramassés au bulldozer. ». Le diplomate conclut son rapport avec ces quelques mots : « estimation minimale des morts civils : 10 000 ».

    C'est bien plus que les estimations admises à l'époque. Elles oscillaient entre 200 morts selon les autorités de Pékin et quelques milliers, selon les gouvernements occidentaux.

    Aucun média chinois ne fait état de la publication de ce document. En Chine, il est interdit d'évoquer le massacre de Tiananmen. Toute commémoration est réprimée, et cette nuit meurtrière n'a jamais été remise en cause par les dirigeants chinois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.