GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: le numéro deux de la junte suspecté de corruption

    media Le général Prawit Wongsuwan (en bas, à gauche), numéro deux de la junte au pouvoir en Thaïlande, possède pas moins de onze montres de luxe... et 2,3 millions d’euros de biens, alors que son salaire mensuel est de 2800 euros. AFP PHOTO / Christophe ARCHAMBAULT

    En Thaïlande, l’une des controverses majeures de la fin 2017 a été la possession par le numéro deux de la junte militaire de plusieurs montres de grand luxe. Le général en question, Prawit Wongsuwan, n’avait pas déclaré ces possessions, comme l’exige la loi et, plusieurs semaines après le début du scandale, aucune explication publique n’a été donnée.

    De notre correspondant en Thaïlande,

    C’est tout simplement lors d’une photo de groupe du gouvernement que le général Prawit Wongsuwan s’est fait épingler. Il a levé la main pour se protéger le visage du soleil. Les appareils photos ont crépité, et le lendemain, la photo de cette main, portant une montre Richard Mille de 100 000 euros et une bague sertie d’un diamant du même montant, était à la Une des journaux et partout sur les réseaux sociaux.

    Le problème est qu’il y a une loi qui oblige tous ceux qui entrent dans un gouvernement à déclarer l’ensemble de leurs biens. Vérification faite, le général Prawit, numéro deux de la junte et vice-Premier ministre, n’avait déclaré ni la montre, ni la bague.

    Depuis, les journalistes ont consulté leurs archives photos. Ils ont trouvé que le général Prawit possédait pas moins de onze montres de grand luxe, pour un total d’environ 400 000 euros. Aucune de ces montres n’a été déclarée.

    Onze montres de luxe

    Cette controverse peut sembler anecdotique mais, en fait, elle affecte beaucoup la crédibilité de la junte. La raison en est que les généraux ont justifié leur prise de pouvoir en mai 2014 par la lutte contre la corruption des gouvernements élus. Depuis plus de trois ans, ils n’ont fait que répéter qu’ils allaient se montrer impitoyables contre la corruption. Or, quand un scandale de corruption affecte l’un des membres de la junte - et il y en a eu un certain nombre -, les généraux minimisent le problème en disant qu’il s’agit d’une question personnelle.

    Mais, cette fois-ci, les Thaïlandais commencent à réagir et le général aux onze montres est devenu la risée du public. Il faut dire qu’il a aussi été révélé qu’il possédait au moins 2,3 millions d’euros de biens, alors que son salaire mensuel est de 2 800 euros.

    La chute de la popularité du régime militaire dans les enquêtes d’opinion atteste du sentiment croissant de lassitude desThaïlandais par rapport à ce gouvernement à la fois autocratique et très peu transparent.

    Rien de public

    La commission anti-corruption a entamé une enquête. Elle a reçu une lettre d’explications du numéro deux de la junte concernant la possession non déclarée de ces montres mais elle refuse pour l’instant de rendre public le contenu de cette lettre. Beaucoup de Thaïlandais doutent que cela aille très loin.

    Jamais les militaires impliqués dans des affaires de corruption n’ont été sanctionnés. Dans le cas des montres, le chef de la commission anti-corruption a longtemps été un subordonné du général concerné. Or, en Thaïlande, les relations d’allégeance priment sur l’application du droit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.