GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pollution: du mieux dans le ciel pékinois

    media A Pékin, la concentration des dangereuses particules fines a baissé de plus de 20% par rapport à 2016. GOH CHAI HIN / AFP

    A Pékin, le ciel s'éclaircit. La capitale chinoise, pourtant tristement célèbre pour sa pollution de l'air, est en train de remporter la « bataille » pour le ciel bleu. En tout cas si l'on en croit les chiffres publiés par le bureau de l'Environnement.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    « Il faut remporter la guerre sans merci pour préserver un ciel bleu », avait martelé, en octobre, le numéro un chinois. Aujourd'hui, la victoire semble à portée de main, tout au moins dans la capitale où la concentration des dangereuses particules fines a baissé de plus de 20 % par rapport à 2016. L'objectif de rester en dessous de la barre de 60 microgrammes par mètre cube d'air est donc atteint.

    Un objectif pourtant modeste par rapport à l'OMS qui met en garde contre une exposition de plus de 10 microgrammes sur un an.

    Les autorités mettent en avant les 226 jours de « ciel bleu » en 2017. Mais là, aussi l'enthousiasme est à prendre avec des pincettes, car même avec 100 microgrammes de particules fines, la qualité de l'air reste « bonne » aux yeux de la municipalité.

    Noël sans chauffage

    Toujours est-il que Pékin a mis en place des mesures radicales : des milliers d'usines ont dû fermer ou déménager, et au moins trois millions de foyers ont été contraints de passer du charbon au gaz, plus cher et pas encore disponible partout. Résultat : beaucoup de Chinois ont passé Noël sans chauffage.

    Mais les 22 millions d'habitants de Pékin font preuve d'optimisme : la vente des masques de protection contre la pollution est en chute libre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.