GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    JO de 2018: importants pourparlers entre les deux Corées

    media A Séoul, les Sud-Coréens suivent les rapports sur les pourparlers de Panmunjom à la télévision, ce mardi 9 janvier 2018. REUTERS/Kim Hong-Ji

    La Corée du Nord et la Corée du Sud ont entamé des pourparlers officiels ce mardi 9 janvier 2018, les premiers de ce type depuis plus de deux ans. Principal objectif de la négociation qui réunit les deux délégations à Panmunjon, à la frontière entre les deux pays, préparer la venue d’une délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques d’hiver, prévus début février en Corée du Sud. Mais la Corée du Sud espère se servir de cette amorce de dialogue pour aborder d’autres sujets plus délicats.

    avec notre correrspondant à Séoul, Frédéric Ojardias.

    Une rencontre qui témoigne de la détente amorcée au début de l'année, après une année 2017 rythmée par les essais nucléaires et les tirs de missiles de Pyongyang. On sait que les JO d’hiver organisés par la Corée du Sud le mois prochain ont été un élément déclencheur de cette rencontre, et sur ce point des annonces ont été faites.

    La Corée du Nord a ainsi annoncé qu’elle enverra bien aux Jeux une délégation significative, constituée d’athlètes, de représentants officiels de haut niveau et de supporters. Viendront aussi une troupe artistique et une équipe de Taekwondo de démonstration. Des avancées concrètes ont donc déjà été obtenues.

    Séoul a de son côté proposé que les deux Corées défilent ensemble lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux. Le Nord n’a pas encore répondu à cette offre, mais les négociations ne sont pas terminées. Des négociations qui se déroulent sur la frontière même, dans un bâtiment construit côté Sud, à quelques mètres de la ligne de démarcation.

    Séoul souhaite élargir le champ des discussions

    La Corée du Sud a aussi proposé au Nord une reprise des réunions de familles séparées par la frontière. Reprise qui aurait lieu mi-février, c’est à dire pendant les Jeux, qui se tiendron du 9 au 25 février à Pyeongchang. Et Séoul a offert d’organiser d’autres pourparlers, militaires cette fois : des discussions visant à trouver des moyens d’empêcher d’éventuels incidents de dégénérer en conflit armé.

    Il faut souligner qu’en dépit de ce dégel, sur des questions telles que le nucléaire, Pyongyang restera inflexible. Et les Etats-Unis affirment que les exercices militaires massifs organisés avec la Corée du Sud reprendront bien après les Jeux... ce qui risque de briser ce processus de dialogue. Mais après des mois de tensions, ces premières avancées diplomatiques restent néanmoins significatives.

    Le négociateur nord-coréen, colonel Ri Song-gwon, un diplomate chevronné

    Le colonel Ri Song-gwon a dirigé des délégations nord-coréennes lors de pourparlers militaires avec le Sud depuis 2006, participant à un total de 27 réunions. Il est aussi un partisan d’une ligne dure.

    Directeur du Comité pour la réunification pacifique de la Corée, il est en charge des relations avec le voisin sud-coréen. Mais il a aussi été - selon Séoul - le bras droit du général Kim Yong-chol, accusé d’avoir orchestré en 2010 le torpillage du croiseur Cheonan et le pilonnage d’une île en Corée du Sud, deux attaques qui avaient fait 50 morts.

    Selon la presse sud-coréenne, Ri Song-gwon a un caractère explosif. En 2011, il est parti furieux d’une négociation au bout de 10 minutes, hurlant que son pays n’avait eu aucun rôle dans le torpillage du Cheonan.

    La Corée du Sud souhaite que les pourparlers d’aujourd’hui permettent aussi de discuter « des moyens d’apaiser les tensions militaires ». En faisant de Ri Son-gwon son négociateur en chef, la Corée du Nord montre qu’elle ne ferme pas la porte à ce sujet.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.