GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Aujourd'hui
Mercredi 22 Août
Jeudi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Fin de la visite de Macron en Chine: «Je reviendrai au moins une fois par an»

    media Le président chinois Xi Jinping et son hôte français Emmanuel Macron, le 9 janvier 2018 à Pékin. REUTERS/Ludovic Marin/Pool

    Dernier jour du premier voyage d'Etat du président français en Chine, ce mercredi 10 janvier 2018. Une visite qui s'est terminée par une rencontre avec la communauté des Français, et un discours dans lequel Emmanuel Macron a appelé ses compatriotes à aider à faire de la relation franco-chinoise une réussite. Au passage, l'Elysée annonce la commande de 184 Airbus A320.

    Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

    L’Airbus présidentiel a décollé de Pékin, après trois jours en Chine. Bilan : la Chine n’est pas un péril mais une opportunité aux yeux d'Emmanuel Macron. « Quand le vent du changement se lève, certains construisent des murs, d’autres des moulins à vent », a-t-il dit, reprenant le proverbe chinois.

    « Vous êtes des passerelles et vous avez un peu de la croissance mondiale dans vos mains, prenez votre part ! », a martelé le président devant 600 Français à Pékin avant de partir. Et parmi eux, de nombreux chefs d'entreprise. « Plus vous réussissez ici, plus la France réussira ! »

    Emmanuel Macron souhaite ouvrir une nouvelle page dans la relation franco-chinoise. Il dit ne pas vouloir faire table rase, mais nourrir une nouvelle ambition. Celle d'établir une relation équilibrée avec Pékin. Il faut donner davantage accès aux investissements chinois en France, et en contrepartie obtenir un meilleur accès au marché chinois, estime le président.

    A-t-il obtenu des engagements de la part des Chinois dans ce sens ? Il repart avec des dizaines d'accords et de mémorandum signés - notamment dans le nucléaire et l'agroalimentaire, qui certes n'effaceront pas le déficit commercial de 30 milliards d’euros mais qu'il s'inscrit dans la relation Chine-France sur le long terme.

    En finir avec le mantra des chiffres

    Le président se félicite qu’après dix ans de négociations, Areva ait enfin arraché un engagement ferme à ses partenaires chinois pour construire une usine de retraitement de déchets nucléaires vendue pour 10 milliards d’euros. La filière bovine est aussi gagnante puisque l’embargo en place depuis 2001 sera enfin levé dans les six mois, assure l’Elysée.

    Peu de chiffres, globalement. Normal, a cependant expliqué le président ce mercredi 10 janvier 2018 : « Ma philosophie n'est pas d'annoncer de fastidieux contrats chiffrés, car souvent les chiffres ne correspondent pas à la réalité. » Il faut donc en finir avec ce mantra des contrats chiffrés, si l'on en croit le chef d'Etat qui préfère demander des résultats vérifiables.

    Le chef de l'Etat a tout de même annoncé qu'une commande de 184 Airbus A320 serait rapidement finalisée, pour livraison en 2019-2020 au prix catalogue. Le montant de la commande n'a pas été précisé, mais cela représenterait un prix catalogue total d'environ 18 milliards de dollars.

    Emmanuel Macron se voit comme le tâcheron de la relation franco-chinoise. Sa promesse : la France est là. Il aura lui-même l'occasion de demander les comptes. Son engagement est de revenir chaque année en Chine, comme la chancelière allemande Angela Merkel.

    Relations sino-européennes et UE

    Le président français veut construire des moulins à vent et saisir les opportunités offertes par la Chine. Illustration avec les nouvelles routes de la soie. « Les méconnaître serait une erreur, il faudra alors les subir », prévient Emmanuel Macron, qui veut que ces nouveaux corridors soient à double sens : « Les trains qui arrivent à plein chez nous doivent repartir à plein vers la Chine ! »

    En la matière, l'Europe doit « arriver groupée », dit-il, pour faire face « à la puissance de feu » de Pékin, alors qu’elle est aujourd’hui divisée. « Sur le plan européen, je constate comme vous qu’il y a une stratégie pays par pays de la Chine, et qu’il y a des divergences d’intérêts assumées par certains pays. »

    Il plaide pour « une vraie puissance commerciale » qui défende ses intérêts stratégiques, qui sache « négocier pas à pas avec les Chinois et les Américains ». « C’est une question posée aux Européens : est-ce qu’ils croient dans l’Europe ou pas ? »

    « Est-ce qu’ils croient dans une souveraineté européenne, une Europe qui peut se construire comme puissance et donc définir un intérêt conjoint, ou pas ? » « Aujourd’hui, l’Europe n’est pas cohérente sur ce sujet. Ce n’est pas la faute de la Chine, c’est notre faute, à nous », constate le président français.

    → Lire aussi : Nucléaire, commerce... les accords annoncés lors de la visite de Macron


    Le couple présidentiel français à la galerie d'art Ullens de Pékin, le 9 janvier 2018. REUTERS/Ludovic MARIN/Pool

    Brigitte Macron de tous les déplacements du président dans l'Empire du Milieu

    Emmanuel Macron s'est rendu en Chine avec son épouse, Brigitte. La première dame a accompagné le président de la République dans toutes les cérémonies officielles. C'est la coutume dans une visite d'Etat. Présente mais discrète, Brigitte Macron imprime peu à peu sa marque.

    En Chine, Brigitte Macron non pas derrière, mais à côté d'Emmanuel 10/01/2018 - par Valérie Gas Écouter

    → Écouter sur RFI : La France peut-elle discuter d’égal à égal avec la Chine ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.