GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rohingyas tués: pour Aung San Suu Kyi, l’armée birmane prend ses responsabilités

    media Aung San Suu Kyi, à Naypyidaw, le 19 septembre 2017. REUTERS/Soe Zeya Tun

    En Birmanie, il y a trois jours, l’armée reconnaissait sa participation dans la mort de dix Rohingyas, tués dans une fosse commune dans l'Etat d'Arakan, où cette minorité musulmane est persécutée par l'armée. Aung San Suu Kyi, la dirigeante birmane, s’est exprimée vendredi à ce sujet. Elle recevait le ministre des Affaires étrangères japonais dans la capitale.

    Avec notre correspondante à Rangoun, Eliza Hunt

    « C’est une nouvelle étape pour notre pays. » Voilà les quelques mots qu’a prononcé la dirigeante birmane ce vendredi, après les résultats de l’enquête de l’armée. « Ceci est une indication positive » qui prouve, selon Aung San Suu Kyi, que le pays prend ses responsabilités, tout en précisant que les faits dataient bien de septembre dernier, et que ce n’était pas une situation actuelle.

    Pas de risque donc selon la dirigeante que cela ne dissuade les réfugiés rohingyas de revenir en Birmanie. Un retour qui devrait commencer dans les prochaines semaines selon l’accord signé avec le Bangladesh.

    Mercredi, l’armée a reconnu l’existence de cette fosse commune et assuré que les responsables seront jugés mais que les dix Rohingyas tués étaient des terroristes, coupables d’attaques contre les forces birmanes.

    Enquête à venir

    « C’est faux », a répondu la rébellion ce matin sur Twitter. Selon l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan, l’ARSA, les dix hommes étaient des civils et non des combattants.

    Réaction du porte-parole du gouvernement birman : « Il est très difficile de distinguer qui est un terroriste et qui est un villageois innocent », surtout qu’ils sont parfois alliés. Mais les autorités ont déclaré qu’il y aurait une enquête pour savoir si ces dix Rohingyas étaient ou non des membres de l’ARSA.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.