GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: la Cour suprême lève l'interdiction de projection d'un film controversé

    media Des membres de la communauté des Rajputs manifestent contre la sortie du film «Padmavati» le 20 novembre à Bombay. REUTERS/Danish Siddiqui

    La Cour suprême indienne vient de prendre une décision importante pour la liberté d'expression. Les juges de la plus haute cour du pays ont cassé l'interdiction de projection d'un film, prise par les gouvernements de quatre Etats régionaux. Ces derniers affirmaient que la diffusion de ce long métrage, qui retrace la vie d'une reine mythique, aurait pu entraîner des troubles à l'ordre public. Une communauté de hautes castes menace en effet de protester violemment, mais les juges soutiennent que c'est à l'Etat de garantir la sécurité.

    Avec notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

    C'est une décision rare. Les juges de la Cour suprême affirment que les gouvernements régionaux ne peuvent pas interdire un film sous prétexte qu'il y a un risque de trouble à l'ordre public, car c'est de leur responsabilité d'assurer la sécurité.

    Cela pourrait avoir un impact important, car tous les ans, plusieurs Etats utilisent ce même argument sécuritaire pour empêcher la sortie de certains longs métrages qui déplaisent à une minorité. Et de contenter par ce geste cet électorat agité. C'est le cas ici : le film Padmavati retrace la vie d'une reine légendaire de la caste des Rajputs.

    Or une organisation rajput soutient que le film bafoue la mémoire de leur idole et a promis de brûler les cinémas qui le diffuseraient. Face à la pression, le réalisateur a réalisé cinq changements au film. Et le comité de certification l'a approuvé.

    Mais ce groupe maintient son chantage et quatre Etats du nord du pays, qui comptent un grand nombre de Rajputs, l'ont interdit. La Cour suprême a donc le dernier mot : la liberté d'expression ne peut souffrir des menaces de groupes extrémistes.

    Inde: des extrémistes rajputs empêchent la sortie d'un film

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.