GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Vatican proche de reconnaître sept évêques choisis par Pékin

    media Un portrait de Jésus suspendu au-dessus d'une croix dans une église de la petite ville de Dali, au Yunnan, le 10 décembre 2015. Sur le mur, écrit en chinois : «Dieu est amour». by Zhang Peng/LightRocket via Getty Images

    C’est un rapprochement inédit qui se profile entre le Saint-Siège et la Chine : le Vatican serait en effet prêt à reconnaitre sept évêques choisis par Pékin. Si la route est encore longue avant une normalisation, il s’agirait d’un premier pas vers l’établissement de relations diplomatiques depuis 1951 entre le plus petit Etat du monde et l’empire du Milieu.

    Avec notre correspondant à Rome,  Olivier Bonnel

    « Je suis conscient que la normalisation des relations avec la Chine demande du temps et qu'elle présuppose la bonne volonté des deux parties », écrivait Benoît XVI dans sa lettre aux catholiques chinois.

    Dix ans après ce document qui a fait date, son successeur semble être prêt à franchir un pas supplémentaire. Depuis des années, la pomme de discorde majeure entre Rome et Pékin concernait la nomination des évêques chinois.

    Le régime communiste a toujours considéré comme une ingérence intérieure le fait que le Vatican puisse choisir les prélats. Et pour le Saint-Siège, il n’était pas question jusqu’ici d’accepter les noms choisis par les autorités chinoises.

    Mais le pape François a accéléré les choses ces derniers mois et un accord aurait été trouvé sur la nomination de sept évêques. Parmi ceux-là deux faisaient partie de l’Eglise officielle et avaient été excommuniés.

    En décembre dernier, une délégation vaticane envoyée en Chine aurait demandé à deux évêques « clandestins » de laisser la place à des évêques de l’Association patriotique des catholiques chinois.

    Une décision qui provoque la colère de certaines voix comme le cardinal Joseph Zen, l'ancien évêque de Hong Kong et farouche opposant à un rapprochement avec Pékin.

    « Il y a encore beaucoup de blessures ouvertes » concédait il y a quelques jours le cardinal Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, tout en rappelant la ligne vaticane : « sauvegarder la communion dans l’Eglise » et faisant le vœu que l’on parvienne, un jour, à ne plus parler d’évêques « clandestins » et « officiels ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.