GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Aujourd'hui
Mardi 21 Août
Mercredi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rohingyas: Reuters publie l'enquête de ses journalistes birmans emprisonnés

    media Wa Lone, l'un des deux journalistes birmans inculpés à Rangoon, ce mercredi 10 janvier 2018, à son arrivée au tribunal. REUTERS/Stringer

    L'agence Reuters publie l'enquête sur laquelle travaillaient ses deux journalistes birmans aujourd'hui en prison. Ces derniers ont documenté la mort de dix Rohingyas dans une fosse commune en septembre dernier, dans l'ouest du pays, dans l'Etat d'Arakan, où cette communauté musulmane est très persécutée. Or, cette enquête contredit la version de l'armée donnée en janvier dernier.

    Avec notre correspondante à Rangoon, Eliza Hunt

    Dans cette enquête de l'agence Reuters, des villageois birmans bouddhistes s'expriment pour la première fois. Ils ont participé à la tuerie à Inn Dinn, un village de 7 000 habitants dans l'Etat d'Arakan, dans l'ouest du pays. Selon leurs témoignages, un officier leur aurait proposé de se porter volontaire pour participer à des opérations de sécurité.

    Reuters cite également des membres des forces de police qui racontent avoir reçu l'ordre de « nettoyer » les maisons des Rohingyas. Dans les jours qui suivent, celles-ci seront ensuite brulées.

    « Terroristes »

    L'enquête retrace le déroulé de la soirée du 1er septembre, au cours de laquelle dix musulmans sont arrêtés, jusqu'à leur exécution le 2 septembre au matin. Il y a un mois, l'armée birmane expliquait que ces dix hommes étaient des terroristes qui venaient d'attaquer les militaires du pays.

    Or, selon les journalistes de Reuters, ces hommes ont été choisis au milieu d'un groupe de Rohingyas réfugiés sur une plage pour se protéger. Arrêtés, ils sont interrogés le 1er septembre au soir, avant d'être tués le lendemain par des soldats et des villageois. Des photos des victimes à genoux avant leur exécution ont été récupérées par les reporters.

    Si des « preuves primaires solides et fiables » sont présentées, des mesures seront prises, a déclaré le porte-parole du gouvernement. Les deux auteurs de l'enquête sont eux toujours derrière les barreaux et risquent jusqu'à 14 ans de prison.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.