GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Commerce aux Etats-Unis: Amazon envisage d'ouvrir 3000 magasins sans caissier d'ici 2021 (Bloomberg News)
    • Commerce et échanges internationaux: les risques «s'intensifient» pour l'économie mondiale (OCDE)
    • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
    • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
    • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
    • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
    • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
    • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
    • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)
    Asie-Pacifique

    Chine: l'éditeur suédois détenu refait surface et accuse son pays d'adoption

    media L'éditeur-libraire suédois d'origine chinoise Gui Minhai, vendeur d'ouvrages ridiculisant Pékin, avait de nouveau été interpellé samedi 20 janvier. © RFI/LIU JANET

    L'éditeur-libraire suédois d'origine chinoise Gui Minhai vient de refaire surface près de trois semaines après avoir été arrêté par la police chinoise. Flanqué de deux policiers, il a avoué dans une vidéo s'être mal conduit et a accusé son pays d'adoption, la Suède, de l'avoir manipulé comme un « pion aux échecs ».

    Gui Minhai, 53 ans, qui commercialisait à Hong Kong des ouvrages ridiculisant le régime communiste, avait été arrêté par des policiers en civil le 20 janvier 2018 dans un train chinois l'emmenant à Pékin, où il avait pris rendez-vous avec un médecin spécialiste suédois, redoutant d'être atteint de la maladie de Charcot. Il était alors accompagné de deux diplomates suédois, et Stockholm avait dénoncé une interpellation « brutale » et « contraire aux règles internationales fondamentales sur le soutien consulaire ».

    Seconde disparition du libraire

    Le 7 février, Pékin a confirmé détenir l'éditeur, qui disparaissait ainsi pour la seconde fois dans des circonstances troubles. Mais, désormais, Gui Minhai a accusé la Suède de faire du « sensationnalisme » autour de son arrestation, dans une vidéo qui émane d'une « interview » organisée le 9 février par les autorités avec des médias chinois triés sur le volet, selon les explications de ces derniers.

    M. Gui ajoute dans ce document avoir fait l'objet de pressions des autorités suédoises pour quitter la Chine malgré l'interdiction qui lui est faite de quitter le territoire en raison d'affaires juridiques pendantes. « J'ai refusé plusieurs fois. Mais parce qu'ils m'incitaient sans arrêt, je suis tombé dans le panneau. Rétrospectivement, je suis peut-être devenu le pion de la Suède dans un jeu d'échecs. J'ai violé la loi à leur instigation. Ma vie merveilleuse est ruinée et je ne ferai plus jamais confiance aux Suédois », lance-t-il enfin. On ignore si ces déclarations filmées sont sincères ou ont été prononcées sous la contrainte. Dans la vidéo, on le voit flanqué de deux policiers, et un ami proche a déclaré qu'il ne « fallait pas les croire ».

    Comment « croire les paroles de celui qui est opprimé comme un prisonnier ? »

    Gui Minhai était l'un des cinq libraires de Hong Kong qui s'étaient volatilisés en 2015. Il avait disparu lors de vacances en Thaïlande avant de réapparaître dans un centre de détention chinois et d'« avouer » à la télévision d'Etat son implication dans un accident de la route meurtrier plusieurs années auparavant. La famille de M. Gui n'était pas immédiatement joignable mais le poète dissident Bei Ling, l'un de ses amis, a déclaré qu'il n'y avait « aucun doute » que l'éditeur avait voulu aller se faire soigner à l'étranger, et affirmé à propos de la vidéo qu'on ne pouvait pas « croire les paroles de quelqu'un qui est opprimé comme un prisonnier ? »

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.