GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel sur la Syrie organisé à Istanbul le 27 octobre (porte-parole)
    • Environnement: «Aux scientifiques de faire la preuve ou non qu'il y a des conséquences à l'usage des pesticides» (Didier Guillaume sur RTL)
    • Budget des sports en France: «On a assez d'argent pour travailler», dit Roxana Maracineanu (France Info)
    • Brexit: la question irlandaise peut faire échouer l'accord (Barnier)
    • Elections municipales et régionales en Pologne: premier test pour les conservateurs depuis 2015
    • Justice: le tueur en série Michel Fourniret confronté ce vendredi chez le juge à son ex-épouse (avocat)
    • Afghanistan: l'attaque des talibans n'aura pas d'effet sur la situation dans la province de Kandahar (Jim Mattis)
    Asie-Pacifique

    Pakistan: arrestation d'un gang trafiquant du liquide céphalo-rachidien

    media A Hafizabad, dans le Penjab (photo d'illustration) Arif Ali / AFP

    Un trafic de liquide céphalo-rachidien a été démantelé ce lundi 12 février dans l'est du Pakistan

    Avec notre correspondante à Islamabad, Solène Fioriti

    A l'origine de l'escroquerie, la pauvreté. Les victimes étaient toutes des femmes, trop démunies pour payer la dot leur permettant de se marier. La police d'Hafizabad, dans la province du Pendjab, a arrêté en début de semaine un gang qui leur promettait de l'argent contre une ponction lombaire.

    Les cinq malfaiteurs, quatre hommes et une femme, devaient ensuite revendre le liquide céphalo-rachidien au marché noir pour être utilisé lors de transplantations osseuses. Le profit était dérisoire, 40 000 roupies, moins de 300 euros, pour quinze prélèvements.

    La presse pakistanaise fait état de seize victimes. Le chiffre de 90 est même avancé, dont certaines seraient désormais handicapées, aucune règle médicale n'ayant été respectée.

    Le Pakistan, avec ses inégalités criantes, est depuis longtemps connu pour son trafic d'organes. En juin dernier, un groupe de médecins avait été arrêté à Lahore, la deuxième ville du pays, alors qu'ils étaient en train de greffer deux reins en tout illégalité.

    Les donneurs, pakistanais, et les deux clients, des citoyens d'Oman, étaient encore endormis sur les tables d'opération. Les autorités pensaient alors avoir franchi un cap dans la lutte contre le trafic d'organes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.