GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
Aujourd'hui
Mardi 26 Juin
Mercredi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Chine: l’ex-super flic du net Lu Wei exclu du Parti communiste pour corruption

    media (Photo d'illustration) Le patron de la régulation d’internet en Chine, Lu Wei, lors d'une conférence sur le monde numérique à Wuzhen, en 2014. AFP PHOTO / JOHANNES EISELE

    Encore un « tigre » qui tombe, en Chine où une implacable lutte anti-corruption fait rage au sein du Parti communiste au pouvoir. Mardi 13 février, l’ex-étoile montante du PCC, Sun Zhengcai, faisait la Une pour son inculpation pour corruption. Ce mercredi, c’est d’un autre dirigeant communiste chinois dont il est question : Lu Wei, ex-patron de la puissante administration du cyberespace, a été exclu du Parti. Son dossier a été transmis à la justice.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    En 2015, le magazine Times l’avait élu comme étant l’une des 100 personnalités les plus influentes du monde. Aujourd’hui, Lu Wei, tombé en disgrâce en novembre dernier, ne fait plus partie du sérail des puissants et doit désormais craindre de passer le restant de ses jours derrière les barreaux.

    La Commission d’inspection disciplinaire, la police anti-corruption au sein du Parti communiste, a publié une longue liste énumérant tous ses méfaits. L’ex-roi de la censure, « tyrannique et sans scrupules », aurait « abusé de son pouvoir pour son profit personnel ». Il aurait « cherché par tous les moyens la célébrité » et « trompé le gouvernement central » en se montrant « extrêmement déloyal ». Comme si cela n’avait pas suffi pour le discréditer, les gendarmes du PCC lui reprochent aussi d’avoir « souvent fréquenté des clubs privés ».

    La chute de Lu Wei n’est pas une bonne nouvelle pour les patrons de la Silicon Valley qui avaient courtisé cet austère technocrate communiste avec insistance. A l’instar du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg, qui lorgne sur le web chinois, le plus grand marché du monde avec ses 770 millions internautes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.