GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: le média francophone Lepetitjournal.com sous le coup d'une plainte

    media En Thaïlande, le directeur français d'un média francophone basé à Bangkok, Lepetitjournal.com, est visé par une plainte en diffamation (photo d'illustration). Pathara Buranadilok/Getty images

    En Thaïlande, le directeur français d'un média francophone basé à Bangkok, Lepetitjournal.com, est visé par une plainte en diffamation. Cette affaire a pour origine une interview de l'ancien député des Français de l'étranger, Thierry Mariani, publiée l'année dernière dans le cadre de la campagne pour les élections législatives en France. Elle contient des propos que le plaignant juge diffamants. Le directeur de l'antenne thaïlandaise du Petitjournal.com risque jusqu'à 2 ans de prison.

    L'affaire a été portée devant la cour criminelle de Bangkok Sud. Le plaignant, président de la section Thaïlande de l'association des Français du monde-ADFE, s'estime gravement diffamé par les propos de l'ancien député Thierry Mariani, publiés en mai 2017 par l'édition de Bangkok du Petitjournal.com. Pierre Queffelec, son directeur, risque jusqu'à 2 ans de prison. Il n'a pas le droit de quitter la Thaïlande le temps de la procédure.

    Il dit craindre pour l'avenir de son média : « Financièrement, ça nous fait très mal, il y a des frais d’avocat. Il y a l’activité, on est un quotidien, on est mobilisé tous les jours sur cette affaire. Ça nous inquiète, car on est fragiles financièrement et ce genre de procès peut très clairement nous amener à fermer. »

    La section locale de l'Union internationale de la presse francophone s'inquiète, elle, que ce soit la justice thaïlandaise qui ait été saisie. « On ne comprend pas comment on a pu en arriver là, explique son président Philippe Plénacoste. C’est une affaire entre deux Français, dans un pays où le régime est assez sévère sur la liberté de la presse et a renforcé les lois pour pouvoir restreindre la liberté d’expression, que ça soit pour les journalistes ou même les Thaïlandais en général. »

    La prochaine audience doit se tenir courant avril. Les soutiens du média francophone espèrent que les deux parties pourront trouver un accord.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.