GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    A Genève, un libraire Hongkongais dénonce «l'oppression» exercée par Pékin

    media Le libraire Lam Wing-kee (au centre) lors d'une manifestation pro-démocratie à Hong Kong, le 18 juin 2016 (photo d'illustration). REUTERS/Bobby Yip

    Le Geneva Summit for Human Rights and Democracy réunit, mardi 20 février, une vingtaine de militants des droits de l'homme. Avec deux pays dans la ligne de mire cette année : le Venezuela et la Chine. Parmi les activistes présents, Lam Wing-kee, un libraire hongkongais qui a fait de la prison en 2015 pour avoir vendu des livres critiquant les dirigeants du parti communiste chinois.

    Avec notre envoyé spécial à Genève, Achim Lippold

    Des petites lunettes rondes, une voix calme et un regard curieux : Wing-Kee Lam est en mission. Depuis deux ans, depuis qu'il a recouvré la liberté, il ne cesse de dénoncer la situation des droits de l'homme à Hong Kong.

    Ils étaient cinq libraires au total à avoir été arrêtés au cours de l'année 2015. L'un d'entre eux est toujours en prison, les autres gardent le silence sur leur détention. Tous ont été obligés de signer un document dans lequel ils reconnaissant leur culpabilité. Mais Lam Wing-kee a décidé de révéler leur histoire au grand public.

    C'était en 2016, lorsque les autorités chinoises l'ont libéré sous conditions, en lui demandant de rapporter des informations sur ses clients. Il a refusé. Lui qui vit à Hong Kong se « considère comme un militant politique ». Un rôle qu’il n’a « pas choisi », raconte-t-il. Mais « ce qui m'est arrivé montre que la situation des droits de l'homme à Hong Kong se détériore. Tout le monde subit l'oppression exercée par le gouvernement chinois. Cette situation touche les personnes ordinaires comme moi qui étais un simple libraire ».

    Alors, il estime n’avoir pas eu « d'autre choix que d'agir pour défendre la liberté ». Lam Wing-kee ne s'avoue pas battu. Dans quelques mois, il va rouvrir une nouvelle librairie – l'ancienne a été rachetée par une personne proche du gouvernement chinois.

    Pour l'instant ce sera à Taïwan, pour des raisons politiques. Mais son rêve, c'est de travailler à nouveau, dans quelques années, comme libraire à Hong Kong.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.