GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: des temples bouddhistes auraient détourné 1,5 million d’euros

    media Une cérémonie au temple Dhammakaya, au nord de Bangkok, qui est dans le viseur des autorités pour de nombreuses malversations financières présumées. Photo by David Longstreath/LightRocket via Getty Images

    En Thaïlande, une série de scandales financiers a secoué le clergé bouddhiste ces dernières semaines : détournements de fonds, absence de transparence financière, commercialisme à outrance de la religion, entre autres. Plus récemment, une douzaine de temples auraient détourné un million et demi d’euros. Autant d’incidents qui soulèvent l’inquiétude de l’opinion publique, mais aussi celle des autorités, car le clergé bouddhiste est sous l’autorité de l’Etat et est financé par ce dernier.

    Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus.

    Les détournements de fonds constituent le plus gros de ces affaires qui entachent les tuniques des moines. En Thaïlande, le clergé bouddhiste est sous l’autorité de l’Etat et est financé par lui. Chaque année, le gouvernement donne environ 110 millions d’euros aux 40 000 temples du pays, notamment pour la rénovation des bâtiments et pour la promotion des activités religieuses. Il a été révélé récemment qu’une douzaine de temples auraient détourné un million et demi d’euros de cette somme, avec la complicité de hauts-fonctionnaires. L’enquête est en cours, mais ce n’est pas la seule affaire, loin de là.

    La principale manne financière vient des donations : un peu plus de 3 milliards d’euros par an. Et il y a très peu de transparence financière sur l’utilisation de ces donations ; ainsi certains moines les ont par exemple utilisées pour s’offrir des voitures de luxe ou même des avions privés.

    Un plus grand contrôle des donations ne fait pas l’unanimité

    La loi thaïlandaise demande en principe aux temples d’envoyer au gouvernement un rapport financier annuel. Mais dans la plupart des cas, celui-ci est fait par des proches des abbés des temples, de manière non professionnelle. Et ces rapports sont le plus souvent inutilisables. Des politiciens ont proposé des projets de loi visant notamment à ce que des audits professionnels aient lieu systématiquement pour l’ensemble des temples du royaume.

    Pour l’instant, ces propositions n’ont pas abouti, même la junte est prudente sur le sujet. La grande majorité des 300 000 moines bouddhistes du pays sont très réticents à ce que les rentrées massives d’argent provenant des donations soient examinées par les autorités. Certains temples ont en effet bâti des fortunes colossales grâce à ces donations, comme le célèbre temple Dhammakaya, au nord de Bangkok, qui est dans le viseur de la junte au pouvoir.

    Les temples en concurrence, le marketing comme arme

    Le rapprochement entre le bouddhisme et l’argent s’est considérablement accéléré dans les années 1970 et 1980, quand la Thaïlande est entrée de plain-pied dans l’ère du consumérisme. Dans le bouddhisme thaïlandais, le fait de donner de l’argent au temple, par exemple pour la construction de bâtiments, permet au donateur laïc d’acquérir des mérites pour une vie future, dans un système qui peut être comparé au système d’indulgences qui régnait en Europe au Moyen-Âge.

    Les temples jouent habilement là-dessus en lançant de grands projets, par exemple la construction de statues géantes du Bouddha, pour attirer les donations. Quand on circule en province, on est frappé par les affiches commerciales installées par ces temples, qui promeuvent tel ou tel projet, avec des messages loin d'être très nuancés comme : « si vous faites une donation, la fortune vous sourira à l’avenir. »

    Les temples sont en concurrence agressive les uns avec les autres sur ce marché des donations, utilisant toutes les ficelles du marketing. Ce qui peut sembler un peu étrange si l’on se réfère à l’idéal de simplicité et de dénuement du bouddhisme originel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.