GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juin
Lundi 25 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: 30 ans de prison requis contre l'ancienne présidente Park Geun-hye

    media La présidente déchue Park Geun-hye arrive aux locaux du parquet sud-coréen à Séoul, le 21 mars. Kim Hong-Ji / REUTERS

    Le parquet sud-coréen a requis 30 ans de réclusion criminelle ce mardi 27 février à l’encontre de l’ancienne présidente Park Geun-hye. Âgée de 66 ans, elle a été destituée en mars 2017 après un vaste scandale de trafic d’influence qui a secoué l’économie et l’élite politicienne du pays.

    En détention provisoire depuis plus d’un an, Park Geun-hye a été emportée dans une affaire centrée sur son ancienne confidente de l’ombre : son « amie de 40 ans », Choi Soon-sil. La plus haute cour de justice du pays avait confirmé sa destitution en mars 2017, alors qu’elle avait été destituée en décembre 2016 par l’Assemblée nationale.

    Le parquet sud-coréen accuse Mme Park d’avoir accepté ou de s’être vue promettre des pots-de-vin pour un total de 59,2 milliards de wons (45 millions d’euros) de la part de trois conglomérats sud-coréens : Samsung, Lotte et SK. Cela en collusion avec sa confidente et en échange de faveurs politiques.

    L’ex-présidente est également inculpée pour avoir contraint 18 grandes entreprises à « donner » un total de 77,4 milliards de wons (59 millions d’euros) à deux fondations douteuses placées sous le contrôle de Mme Choi.

    « L'accusée a abusé du pouvoir qu'elle détenait du peuple pour le bénéfice personnel de Mme Choi et le sien propre, a ajouté le parquet. Elle a violé les valeurs constitutionnelles fondamentales de protection de l'économie de marché et de la liberté démocratique ». « En conséquence, l'accusée est devenue la première présidente à être limogée par destitution, infligeant à l'histoire du pays une cicatrice indélébile », poursuit-il.

    En plus des 30 ans d’emprisonnement, les procureurs réclament aussi une amende 118,5 milliards de wons (90 millions d’euros). Mme Park nie toute malversation. Son amie et confident Choi Soon-sil a été condamnée à 20 ans de prison le 13 février pour avoir perçu ces commissions occultes.

    Le procès s’est ouvert en mai 2017 et le verdict devrait être connu avant avril.

    (Avec l'AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.