GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Guerre commerciale Chine-USA: Daimler revoit à la baisse ses prévisions de résultat
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: Kaboul accueille une conférence pour la paix

    media Attaque du siège de la police de Gardez, en Afghanistan, en octobre 2017 (photo d'illustration). REUTERS/Stringer

    Ce 28 février s'ouvre la Conférence de Kaboul pour la paix en Afghanistan. Il s'agira de la deuxième édition. La première s'était tenue en juin dernier. Elle n'avait abouti à aucune prise de décision. Cette fois-ci le président afghan promet de présenter « un plan de paix global ». Cela fait 17 ans que les Etats-Unis ont envahi l'Afghanistan, mettant fin au régime taliban. Ces derniers contrôlent aujourd’hui près de 40% du territoire et mènent régulièrement des attaques contre les forces de sécurité afghanes et les forces étrangères. Ils ont adressé un message ce mardi aux Etats-Unis pour les inviter à des pourparlers de paix.

    Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

    La Conférence de Kaboul pour la paix en Afghanistan se tiendra sans représentant des insurgés talibans. Autour de la table, les délégations de 25 pays de la région, dont l'Inde et le Pakistan. Ce dernier, régulièrement accusé de soutenir les insurgés talibans, subit depuis plusieurs mois maintenant les pressions des Etats-Unis pour lutter plus efficacement contre le terrorisme sur son sol.

    L'ONU ainsi que les Etats-Unis participant à cette grande réunion régionale pour la paix, dont la précédente édition en juin n'avait abouti à aucune mesure concrète. Cette fois-ci, le président afghan promet un plan de paix global. Depuis plus de deux ans, les discussions avec les talibans sont au point mort. Ces derniers, qui ont toujours rejeté l'idée de pourparlers de paix tant que des forces étrangères se trouvent sur le sol afghan, se disent désormais prêts au dialogue dans un message publié sur leur site internet.

    Néanmoins ils ne s'adressent qu’aux autorités américaines, n'évoquant à aucun moment le gouvernement afghan dont ils ne reconnaissent pas la légitimité, le considérant comme un pantin aux mains des Etats-Unis. Selon certains experts, ce revirement des talibans s'expliquerait par la pression des autorités afghanes et des Etats-Unis sur leurs homologues qatariens afin qu’ils ferment le bureau des talibans qui se trouve à Doha.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.