GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Les voisins de la Corée du Nord saluent la rencontre à venir entre Trump et Kim

    media Des officiels sud-coréens annoncent que le président Trump est prêt à rencontre Kim Jong-un, le 8 mars à Washington. REUTERS/Leah Millis

    De nombreux pays ont réagi à l'annonce surprise d'une future rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un. Tokyo a salué le « changement de la part de la Corée du Nord » quand la Russie s'est félicitée « d'un pas dans la bonne direction ». La Chine, alliée de Pyongyang  dans la région a appelé les Etats-Unis et la Corée du Nord à faire preuve de « courage politique ».

    Jeudi encore, avant l'annonce d'un sommet entre Kim Jong Un et Donald Trump, le Premier ministre japonais Shinzo Abe voyait dans la proposition de Pyongyang de discuter de ses armes nucléaires avec les Etats-Unis un stratagème pour gagner du temps. Il déclarait que « la Corée du Nord doit s'engager à abandonner son programme nucléaire de manière complète, vérifiable et irréversible », rapporte notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles.

    Shinzo Abe a salué la perspective d’une rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un. « J'apprécie hautement ce changement de la part de la Corée du Nord et le fait qu'elle va commencer des discussions fondées sur le principe d'une dénucléarisation », a-t-il déclaré. Le Premier ministre japonais rappelle cependant qu'il n'y a pas de changement de politique de la part du Japon et des Etats-Unis qui continueront à exercer une pression maximale jusqu'à ce que la Corée du Nord renonce à l'arme atomique.

    La Corée du Sud prise de court

    Shinzo Abe va se rendre aux Etats-Unis en avril pour rencontrer Donald Trump. Le Japon se sent vulnérable. La quinzaine de missiles lancés depuis un an par la Corée du Nord  sont tombés au large du Japon .Le Premier ministre japonais veut s'assurer de la solidité de l'alliance avec les Etats-Unis.

    Corée du Sud, tout le monde est pris de court. Ce futur sommet entre Trump et Kim représente d'ailleurs un succès spectaculaire pour le président sud-coréen Moon Jae-in, qui a réussi à imposer sa volonté de dialogue, et qui a joué le rôle de médiateur. Même chez les conservateurs sud-coréens, très opposés à tout dialogue, on exprime un « espoir » que ce sommet « puisse permettre la dénucléarisation et la paix », a déclaré le président du parti Bareun.

    La Russie, par le voix de son ministre des Affaires étrangères Serguei Lavrov, a salué un « pas dans la bonne direction », en ajoutant qu'il espérait que cette rencontre ait lieu.

    La Chine appelle au « courage politique »

    La Chine s’est elle aussi félicitée de ce sommet à venir. Pékin a appelé ce vendredi Etats-Unis et Corée du Nord au « courage politique » après l'annonce spectaculaire d'un prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un au sujet du programme nucléaire de Pyongyang. « Nous espérons que toutes les parties feront preuve de courage politique afin de prendre les bonnes décisions », a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang.

    Interrogé pour savoir si Pékin prévoyait de se proposer pour accueillir le sommet entre les deux dirigeants, le porte-parole chinois s'est borné à répondre que la Chine joue un rôle « indispensable » pour apaiser la tension. Seul allié de la Corée du Nord, Pékin veillera aussi à ne pas être mise à l’écart par Washington et Pyongyang. La Chine se considère comme un interlocuteur incontournable et ne veut pas d’un accord négocié à deux qui risquerait de changer l’équilibre stratégique dans la Péninsule, rapporte notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.