GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
Aujourd'hui
Mardi 26 Juin
Mercredi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Chine: «Frapper fort», une coûteuse campagne sécuritaire dans le Xinjiang

    media Représentant du Xinjiang à la réunion de l'Assemblée nationale populaire à Pékin, le 13 mars 2017. REUTERS/Thomas Peter

    La Chine renforce sa mainmise sur les 10 millions d’Ouighours, turcophones et musulmans, qui vivent au Xinjiang, une région autonome dans l’extrême ouest de la Chine. « Frapper fort », c'est son nom, est une campagne anti-terroriste féroce lancée par le président Xi Jinping, et l’Etat se donne les moyens : les dépenses pour la sécurité publique dans cette zone éloignée de Pékin ont presque doublé en un an, comme en témoignent des statistiques officielles.

    avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Les caméras équipées pour la reconnaissance faciale et les armes dernier cri pour les 100.000 policiers fraîchement recrutés qui doivent garantir la stabilité dans le Xinjiang où Pékin dit combattre « le séparatisme, l’extrémisme et le terrorisme »: tout cela coûte cher. Très cher.

    Entre 2016 et 2017, les dépenses pour la sécurité dans la région autonome ont augmenté de près de 93%, pour atteindre sept milliards d’euros, selon un rapport officiel publié en marge de l’Assemblée nationale populaire. C’est dix fois plus qu’il y a encore dix ans.

    Le chercheur Adrien Zenz, qui vient de publier une étude sur cette explosion du budget, souligne que la Chine dépense plus pour sa sécurité au Xinjiang que les Etats-Unis pour l’ensemble du territoire américain.

    Chen Quanguo, qui gouverne la région depuis l’été 2016 d’une main de fer, s’en est d’ailleurs réjoui devant les députés : « Nous avons obtenu des résultats tangibles dans le maintien de la stabilité sociale au Xinjiang qui a toujours été notre ligne de front dans la lutte anti-terroriste ».

    à (re)lire: Ouïghours: Pékin resserre l'étau autour du Xinjiang

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.