GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L'Australie souhaite ouvrir ses parcs marins à la pêche industrielle

    media La Grande barrière de corail en Australie. Arterra/UIG via Getty Images

    L'Australie recommande ce 21 mars d'ouvrir davantage ses parcs marins à la pêche industrielle, y compris près de la Grande barrière de corail inscrite au patrimoine de l'humanité. Le projet a été qualifié par ses détracteurs de grand pas en arrière.

    Aux termes des recommandations du gouvernement australien, qui doivent encore recevoir l'aval du Parlement, les surfaces où la pêche industrielle est autorisée dans les parcs marins seront augmentées de 17%. Les zones où la pêche de loisirs est possible seront également agrandies. Mais celles où les groupes miniers sont autorisés à opérer seront réduites, avec 200 000 kilomètres carrés de fonds marins protégés supplémentaires.

    L'Australie se place au deuxième rang mondial des parcs marins, avec 3,3 millions de kilomètres carrés concernés. Environ 36% de ses eaux sont protégées. Pour le gouvernement, cette mesure, qui concerne 44 parcs, « permettra une approche plus équilibrée de la protection des océans et de la pêche durable tout en développant l'écotourisme ».

    La mer de Corail affectée

    WWF Australia dénonce, elle, « le déclassement le plus important de zone protégée du monde ». Selon l'ONG de protection de l'environnement, plus de 35 millions d'hectares seraient ainsi retirés du réseau australien des sanctuaires marins.

    « La mer de Corail, considérée comme la porte d'entrée de la Grande barrière de corail, est la région la plus durement touchée, avec une baisse de 50% des zones protégées », déclare Richard Leck, chargé des océans chez WWF. Cette mer largement intacte sera vulnérable « à des pratiques commerciales destructives comme la pêche au chalut, au filet maillant et à la palangre ».

    L'opposition travailliste a également parlé d'un grand pas en arrière. « Ils disent que cela aura un bon résultat environnemental. C'est vrai, sauf si on est un poisson, a déclaré sur la chaîne ABC Tony Burke, porte-parole pour l'environnement du Parti travailliste. Imaginez que dans tous nos parcs terrestres, le gouvernement dise tout d'un coup "c'est toujours des parcs nationaux mais on peut aller dans la moitié d'entre eux pour abattre la faune sauvage" ».

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.