GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
    • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
    • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
    • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
    • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
    • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
    • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
    • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
    Asie-Pacifique

    Birmanie: inquiétude autour d'une loi durcissant le droit de manifester

    media (Photo d'illustration) Des journalistes birmans manifestent pour défendre la liberté de la presse, janvier 2014. AFP PHOTO / YE AUNG THU

    Cette semaine au Parlement birman, les discussions reprennent autour de la loi très controversée sur les manifestations. Un projet d’amendement a été proposé par la Ligue nationale pour la démocratie, le parti de la dirigeante Aung San Suu Kyi. Mais la société civile dénonce une menace pour les libertés démocratiques.

    de notre correspondante à Rangoun,

    Un des changements prévus par ce projet de loi concerne ceux qui soutiennent financièrement les manifestations. Le gouvernement veut que leur identité (leur nom, leur adresse) soit déclarée aux autorités, ainsi que le montant de leur soutien. Autre proposition : une peine de deux ans de prison pour ceux qui soutiennent – financièrement ou non – une manifestation qui menace « la sécurité, la tranquillité et la morale publique ».

    Des changements à l’initiative de la Ligue nationale pour la démocratie qui durcissent une loi que ce parti au pouvoir avait pourtant lui-même assouplie. Depuis 2016 en effet, plus besoin de demander une autorisation avant un rassemblement. Il faut seulement informer les autorités 48 heures à l’avance de sa date et son lieu.

    Un projet d’amendement controversé

    Dans le pays, les critiques viennent d'abord de la société civile, pour qui le flou autour des termes « morale publique » par exemple, risque de faciliter les arrestations arbitraires. Près de 230 groupes ont signé une déclaration commune contre ces amendements. Et début mars à Rangoun, plusieurs centaines de personnes sont aussi descendues dans la rue pour dénoncer une atteinte aux principes démocratiques.

    Cette opposition vient aussi du parti soutenu par l’armée qui lorsqu’il était au pouvoir, a d’ailleurs utilisé cette loi pour arrêter des activistes. Les députés proches des militaires dénoncent notamment l’obligation de révéler le nom de ceux qui financent un rassemblement. Ces militaires soutiennent parfois les manifestations nationalistes du pays, qui se sont multipliées ces derniers mois.

    Les rassemblements nationalistes à l'origine du changement de loi

    Depuis que la Ligue nationale pour la démocratie est au pouvoir, les nationalistes manifestent régulièrement dans le pays. Ils accusent le gouvernement de ne pas assez protéger l’identité bouddhiste, comme en août dernier par exemple, dans plusieurs villes du pays.

    Avec la crise dans l’Etat d’Arakan, dans l’ouest de la Birmanie, des nationalistes sont aussi descendus dans la rue pour soutenir l’armée birmane et ses actions contre la minorité musulmane des Rohingyas. Les militaires sont accusés par l’ONU de nettoyage ethnique. Une pression interne supplémentaire pour un gouvernement qui doit déjà faire face aux critiques venant de la communauté internationale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.