GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: Win Myint, un fidèle d'Aung San Suu Kyi, élu président

    media Win Myint (2e à partir de la g.), le nouveau président birman, le 28 mars 2018. THET AUNG / AFP

    Win Myint, âgé de 66 ans, a été largement élu président ce 28 mars par le Parlement birman, un poste honorifique. Son prédécesseur avait démissionné la semaine dernière, invoquant des raisons de santé. La Constitution empêchant Aung San Suu Kyi de l’être, un poste de conseiller d’Etat a été spécialement créé pour elle, « au-dessus » du président, comme elle l'avait expliqué.

    En Birmanie, le nouveau président, Win Myint, se devait d'être d'un fidèle d’Aung San Suu Kyi. Cet avocat de formation a commencé sa carrière de militant en participant avec la dame de Rangoon au mouvement pour la démocratie de 1988, qui sera écrasé par la junte militaire. Ce qui ne l’empêche pas d’adhérer à la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

    Il sera ensuite élu député trois fois sous l’étiquette du parti d’Aung San Suu Kyi. En 1990, lors d'un scrutin dont les militaires refusent les résultats, puis en 2012 lors du début de la démocratisation, et enfin en 2015 lorsque la LND remporte les élections.

    Fidèle à Aung San Suu Kyi

    Il devient alors président de la chambre basse du Parlement, où il impose une discipline sévère, aussi bien aux députés de sa majorité qu’à ceux des militaires. Win Myint est « une personne honnête, dure à la tâche, mais parfois sévère », confirme un avocat de la Cour suprême qui a travaillé avec lui.

    Selon le quotidien birman The Irrawaddy, certains espèrent qu’il poursuivra à la présidence son travail entamé au Parlement sur la corruption, l’Etat de droit et les conflits fonciers, et qu’il sera donc un président plus actif que son prédécesseur.

    Cependant, il « ne fera rien contre l’avis d’Aung San Suu Kyi », estime un analyste. Il était le candidat de la dame de Rangoon pour ce poste mais cette dernière reste la présidente de facto.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.