GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: Samsung Securities distribue par erreur 2,8 milliards d'actions

    media Samsung Securities a versé un bonus sous forme d'actions d'une valeur 40000 fois supérieure à celle initialement prévue. REUTERS/Kim Hong-Ji

    En Corée du Sud, c'est l'histoire d'une incroyable erreur commise par un trader qui pourrait coûter très cher à Samsung Securities, la filiale finance du conglomérat sud-coréen. Vendredi dernier, l’entreprise a versé à chaque employé, à la suite d’une mauvaise manipulation, un bonus sous forme d'actions d'une valeur 40 000 fois supérieure à la valeur initialement prévue. Problème : cette bourde a révélé l'existence de possibles opérations frauduleuses. Ce lundi 9 avril, l'autorité coréenne de contrôle des marchés a ouvert une enquête.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Il devait distribuer aux employés de son entreprise, à titre de dividendes, 1000 wons – c'est-à-dire moins d'un euro – par action détenue. Mais le trader de Samsung Securities a fait une fausse manipulation sur son ordinateur, envoyant à la place 1 000 nouvelles actions à chaque salarié.

    Résultat : en un seul clic, l’entreprise a distribué quelque 2,8 milliards d'actions qu’elle ne possède pas et dont le montant total est évalué à 86 milliards d'euros. Plusieurs employés n’ont pas attendu que le conglomérat réalise son erreur et se sont dépêchés de vendre ces actions virtuelles.

    Or, le fait que la société ait validé des demandes d’encaissement pour des actions qui n’existent pas suscite la curiosité des autorités de contrôle des marchés, qui soupçonnent l’existence de pratiques frauduleuses.

    L’affaire pourrait en effet signifier que les opérations dites de « ventes à découvert à nu », illégales depuis la crise financière de 2008, continuent d’avoir lieu. Ces autorités ont donc démarré une enquête, qui pourrait s’intéresser aussi à d’autres maisons de courtage.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.