GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Aujourd'hui
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Un officiel de l'UE banni des Philippines pour avoir critiqué Duterte

    media Le président philippin Rodrigo Duterte à Marawi en octobre 2017. REUTERS/Stringer

    Les Philippines ont expulsé dimanche 15 avril un officiel de l'Union européenne (UE) qui avait publiquement critiqué le controversé président Rodrigo Duterte et sa guerre antidrogue. Il s'agit du secrétaire adjoint du Parti socialiste européen Giacomo Filibeck, d'origine italienne. L'an dernier, Giacomo Filibeck avait condamné les tueries extrajudiciaires dont le président Rodrigo Duterte est tenu pour directement responsable avec sa campagne antidrogue jugée sanglante. A l'époque, Rodrigo Duterte avait aussitôt menacé d'expulser tous les ambassadeurs européens, après avoir confondu le membre du Parti socialiste européen avec un diplomate de l'UE.

    De notre correspondante à Manille, Marianne Dardard

    Contactée par RFI, la délégation de l'UE à Manille a condamné cette expulsion en indiquant par SMS « demander des explications immédiates et solides de la part des autorités philippines », suite à ce nouveau couac diplomatique qualifié « d'incident ».

    Invité au Congrès politique d'un parti de gauche local opposé au pouvoir, Giacomo Filibeck a été expulsé dès son arrivée à l'aéroport de Cebu. Fin 2017, Giacomo Filibeck avait déjà accompagné aux Philippines des ONG de défense des droits de l'homme, parties enquêter sur les tueries extrajudiciaires.

    Côté philippin, on affirme que cette expulsion est conforme à la « prérogative souveraine » du pays. « Nul besoin de motif », pour le porte-parole présidentiel, Harry Roque.

    Il y a deux ans, le Parlement européen avait été parmi les premiers à officiellement s'opposer à la guerre antidrogue de Rodrigo Duterte. Le mois dernier, la présidence philippine avait pourtant remercié l'Union européenne pour le versement de près de 4 millions d'euros destinés à financer des centres de réhabilitation. Elle avait également maintenu qu'elle rejetterait toute aide conditionnée.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.