GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Aujourd'hui
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chili: accord pour éviter une grève à la mine de cuivre d'Escondida (officiel)
    • Les obsèques d'Aretha Franklin fixées au 31 août à Détroit (presse)
    Asie-Pacifique

    Birmanie: un policier révèle que les journalistes de Reuters ont été piégés

    media Wa Lone, l'un des deux journalistes de Reuters emprisonnés. REUTERS/Ann Wang

    En Birmanie, une nouvelle audience s'est tenue ce vendredi 20 avril dans le procès des deux journalistes de l'agence Reuters, emprisonnés depuis décembre dernier pour possession de documents confidentiels en lien avec la crise des Rohingyas. Au cours de cette audience, un policier a révélé que les journalistes avaient été piégés.

    Avec notre correspondante à Rangoun, Eliza Hunt

    Selon le témoignage de l'officier de police devant le tribunal, les ordres de sa hiérarchie étaient clairs : inviter à dîner les deux journalistes de Reuters, leur donner des documents confidentiels, et les arrêter dans la foulée. Toujours selon ce témoin, les policiers auraient été menacés d'aller eux-mêmes en prison s'ils n'arrivaient pas à piéger les reporters. Un aveu courageux et important, selon Than Zaw Aung, l'un de leurs avocats.

    Depuis le début, la police a toujours déclaré que les deux reporters, Wa Lone, 32 ans, et Kyaw Soe Oo, 28 ans, avaient été arrêtés par hasard dans la rue et poursuivis pour « atteinte au secret d'État ». « En révélant la vérité sur cette affaire, l'officier de police birman court de très hauts risques. C'est une première étape pour la libération des journalistes. L'audience d'aujourd'hui est la plus importante », explique Me Than Zaw Aung.

    Les deux hommes risquent jusqu'à 14 ans de prison pour avoir enquêté sur le massacre de dix Rohingyas dans le village de Inn Dinn par des militaires et des villageois bouddhistes, lors de la répression par l'armée birmane de cette minorité musulmane. Une répression qualifiée par l'ONU de « nettoyage ethnique ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.