GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May annonce sa démission, elle partira le 7 juin
    • Alpinisme: trois nouveaux morts sur l'Everest, sept au total pour la saison (organisateurs d'expéditions)
    Asie-Pacifique

    Philippines: les riverains remontés contre la fermeture de la plage de Boracay

    media Des policiers pendant une simulation de manifestation en amont de la fermeture temporaire de l'île touristique de Boracay, aux Philippines, le 24 avril 2018. REUTERS/Erik De Castro

    Alors que le président philippin Rodrigo Duterte avait annoncé le 4 avril dernier la fermeture de l’île la plus célèbre du pays, Boracay, la police s’est préparée au pire ce mercredi 25. Simulations de manifestations, de prises d’otages et même d’attentats... des exercices vivement critiqués par les habitants de l’île, qui craignaient déjà pour leurs emplois : l’île, qui sera fermée pendant six mois aux touristes, avait accueilli deux millions de touristes, générant environ 820 millions d’euros pour l’économie philippine.

    Les autorités ont justifié la fermeture par le fait que les eaux de cette île minuscule ultra fréquentée et ses plages de sable blanc s'étaient transformées en « fosse septique ». La fermeture permettra notamment la construction de réseaux de traitement des eaux usées, selon Rodrigo Duterte.

    Il accuse les hôtels et bars de l'île de déverser directement leurs eaux usées dans la mer. Selon le ministère de l'Environnement, 195 commerces et 4 000 particuliers de l'île ne sont pas connectés aux réseaux d'égouts.

    De centaines de policiers en renfort pour la fermeture

    La mesure a été fortement critiquée par les habitants de Boracay et les employés du secteur touristique qui, privés de leurs revenus, ont saisi la Cour suprême dans une ultime tentative pour faire annuler la fermeture.

    Les autorités avaient annoncé l'envoi de centaines de policiers en renfort sur l'île pour éviter tout débordement. Mercredi 25 avril, les forces de l'ordre ont participé à des simulations de troubles de tout genre, notamment avec de faux manifestants jetant des bouteilles d'eau et même de faux ravisseurs enlevant des touristes sur une plage de sable blanc.

    « Je croyais qu'ils ne feraient que démolir les établissements n'étant pas aux normes, a confié Dory Gaitano, une habitante de l'île. Pourquoi y a-t-il un nombre incalculable de policiers ? »

    17 000 emplois seraient en péril

    Le secteur du tourisme avait averti que la fermeture de l'île mettrait en péril 17 000 emplois. La décision abrupte des autorités a contraint des centaines d'hôtels, de restaurants et d’autres établissements à annuler leurs réservations. Des employés du secteur du tourisme et des habitants de l'île se sont tournés mercredi 25 avril vers la justice.

    Le président avait promis deux milliards de pesos (38,2 millions d'euros) pour aider les travailleurs laissés sur le carreau. Mais certains employés attendent toujours de voir l'argent arriver.

    (avec AFP)

    ► (Re) lire : Philippines: la fermeture de la plage de Boracay fait des vagues sur internet

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.