GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Sommet de Panmunjeom: une «nouvelle histoire» débute pour les deux Corées

    media Kim Jong-un (g.) et Moon Jae-in à Panmunjeom le 27 avril 2018. Korea Summit Press Pool/Pool via Reuters

    Ce vendredi 27 avril, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in tiennent un sommet historique après une poignée de main hautement symbolique sur la ligne de démarcation militaire qui divise la péninsule. Le leader nord-coréen s'est déclaré « submergé par l'émotion ».

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Kim Jong-un et Moon Jae-in, ont achevé leur première session de discussions, et une deuxième session vient de débuter. Ce matin, les deux dirigeants ont offert des images absolument incroyables : main dans la main, tout sourire, ils ont enjambé ensemble la courte marche qui marque au sol la ligne de démarcation militaire. Kim Jong-un est venu seul, à pied, attendu de l’autre côté par Moon Jae-in.

    C’est la toute première fois qu’un dirigeant nord-coréen passe du côté Sud de la frontière depuis la guerre de Corée, il y a sept décennies. « Une nouvelle histoire commence ; le début d’une ère pour la paix », a écrit un Kim Jong-un visiblement détendu dans le livre dédié aux visiteurs. Mais derrière ces manifestations très chorégraphiées de bonne volonté, les discussions sont sans doute très délicates.

    Les attentes modérées des Sud-Coréens

    Ce matin, des Sud-Coréens se trouvaient devant la mairie de Séoul, pour voir les images de la rencontre diffusées sur un écran géant. Certains se disent émus, mais les attentes restent modérées.

    Quelques opposants au sommet se sont aussi réunis devant l’hôtel de ville. « Un traité de paix avec le Nord serait une mascarade », peut-on lire sur une banderole.

    Le quotidien conservateur Joongang Ilbo appelle lui ce matin le président sud-coréen à ne pas hésiter à interrompre la rencontre si jamais Kim Jong-un se montrait « ambigu » sur la question de la dénucléarisation. Une déclaration conjointe, annoncée à la fin du sommet, permettra d’en savoir plus sur les concessions que Pyongyang est prêt à faire.

    La voiture du leader nord-coréen bien entourée par ses gardes du corps. Korea Summit Press Pool/Pool via Reuters

    Un pin planté en terre

    Après la session matinale, Kim Jong-un a franchi la frontière dans l'autre sens pour le déjeuner, une dizaine de gardes du corps se positionnant à côté de sa limousine. Avant la séance de l'après-midi, les deux responsables auront planté un pin. Cet arbre « représentera la paix et la prospérité sur la ligne de démarcation militaire, qui est le symbole de la confrontation et de la division depuis 65 ans », selon Séoul.

    Ce 27 avril, un arbre (un pin) a été symboliquement planté dans la zone démilitarisée entre les deux Corées. Korea Summit Press Pool / AFP

    Kim Jong-un a déjà donné beaucoup de signaux (...) mais on laisse complètement de côté l'humanitaire et les droits de l'homme.

    Pascal Dayez-Burgeon, chargé de mission au CNRS 27/04/2018 - par Juliette Gheerbrant Écouter

    « La Chine applaudit l'étape historique franchie par les deux dirigeants, nous admirons le courage et la résolution politique dont ils ont fait montre », a déclaré Mme Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse.

    Pékin est, de loin, indique l'AFP, le principal soutien diplomatique et économique de la Corée du Nord. Cependant, exaspérée par l'imprévisibilité de son turbulent voisin, elle se dit fermement opposée aux ambitions nucléaires de Pyongyang et applique les sanctions économiques de l'ONU.

    Cet homme de 80 ans d’origine coréenne espère que l’accalmie entre les deux Corées sera durable...

    Sommet intercoréen: et la Chine? 27/04/2018 - par Heike Schmidt Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.