GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rapprochement des deux Corées: un leurre selon les ONG des droits de l’homme

    media Les présidents sud-coréen Moon Jae-in (d) et nord-coréen Kim Jong-un se sont rencontrés le 27 avril 2018 dans le village de Panmunjeom dans la zone démilitariée séparant les deux Corées. Korea Summit Press Pool/via Reuters

    Dans la péninsule coréenne, tout le monde n’est pas heureux du rapprochement spectaculaire entre les deux Corées entamé après le sommet historique entre les deux dirigeants sudiste et nordiste fin avril. Des réfugiés nord-coréens et des militants des droits de l’homme continuent de tenter de faire parvenir à la population du Nord de la nourriture et des informations venues du Sud et pour cela, tous les moyens sont possibles, y compris les plus créatifs.

    Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

    Sur une plage sud-coréenne, face à la Corée du Nord, une trentaine de transfuges et de militants des droits de l’homme préparent des bouteilles en plastique. A l’intérieur : du riz, des dollars, et des clés USB qui contiennent clips de musique et films sud-coréens, des documents interdits au Nord. Ces bouteilles sont ensuite jetées à la mer pour être portées par les courants jusqu’aux rivages nord-coréens.

    « Maintenant, beaucoup de gens disent que c'est presque la réunification avec le Nord. Mais le rapprochement actuel n'est bien que pour Kim Jong-un et son régime. Les Nord-Coréens ordinaires, eux, n'ont toujours aucun droit », estime Park Jeong-oh, un Nord-Coréen réfugié au Sud.

    Ces militants critiquent la récente décision de la Corée du Sud de démanteler ses haut-parleurs surpuissants qui diffusaient de la propagande anticommuniste le long de la frontière.

    Séoul veut aussi dissuader les réfugiés nord-coréens qui envoient régulièrement au Nord des ballons gonflés à l’hélium et remplis de prospectus anti-Kim Jong-un.

    Lors de leur sommet historique, les dirigeants des deux Corées ont en effet décidé de mettre fin à ces opérations de « guerre psychologique ». L’objectif est d’apaiser les tensions au risque de fâcher, au Sud, les ONG de défense des droits de l’homme.

    (Re) lire : Sommet intercoréen: Kim Jong-un et Moon Jae-in veulent «un régime de paix»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.