GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Décembre
Mercredi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Nouvelle-Calédonie: à Ouvéa, Emmanuel Macron joue l'apaisement

    media Emmanuel Macron accueilli sur l'île d'Ouvéa, le 5 mai 2018. LUDOVIC MARIN / AFP

    C'était sans doute le moment le plus attendu de la visite d'Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie. L'île d'Ouvéa a été le théâtre, il y a tout juste 30 ans, d'évènements sanglants. Des gendarmes avaient été pris en otages par des indépendantistes kanaks qui avaient tué deux d'entre eux. Une prise d'otages suivie d'un assaut de la gendarmerie dont le bilan fut lourd : 21 morts dont 19 Kanaks.

    Avec notre envoyé spécial à Ouvéa, Antony Lattier

    « Soyons unis, devenons frères », l’hymne calédonien a été chanté face à Emmanuel Macron en hommage aux quatre gendarmes tués.

    Puis deuxième temps de recueillement pour les victimes kanakes, sur une grande place verdoyante face à la mer azur. Des chants et beaucoup d’émotion sur les visages, trente ans après. Emmanuel Macron rencontre les familles des victimes. Comme beaucoup, Jeanne est fière de sa présence : « Il est venu en tant qu’être humain aussi. Il n’a pas seulement utilisé le titre de président, mais on voit aussi qu’il a fait les choses avec le cœur. »

    On essaye d'avancer avec l'histoire, on ne peut pas l'enterrer.

    Jeanne Grace, proche de victimes 05/05/2018 - par Anthony Lattier Écouter

    Le chef de l’Etat français n’aurait pas dû venir, pile le jour anniversaire, regrette pour sa part Léon : « Peut-être demain ou après-demain. Ce serait bon. Les familles sont encore dans la douleur malgré la réconciliation, elles ont toujours quelque chose dans le cœur. »

    Devant les stèles, Emmanuel Macron se recueille, en retrait, sans déposer de gerbe. Un geste d’apaisement pour la tribu hostile à sa venue. Quelques dizaines de ses membres ont en effet été bloqués un peu plus tôt par un filtrage de la gendarmerie. « Compte tenu de cette voix dissidente », le président de la République reste de l'autre côté de la route, entouré d'enfants et d'officiels, au moment où les familles des 19 militants déposent, elles, une gerbe sur le mémorial de Wadrilla.

    Emmaneul Macron sur l'ile d'Ouvéa en Nouvelle-Calédonie, le 5 mai 2018. Ludovic MARIN / AFP


     ■ Ouvéa, rappel historique

    En avril 1988, le contexte politique est tendu en Nouvelle-Calédonie, indépendantistes et anti-indépendantistes s'affrontent depuis plusieurs années.

    Le 22 avril 1988, deux jours avant le premier tour de l'élection présidentielle française, des indépendantistes kanaks attaquent la gendarmerie de Fayaoué, sur la petite ile d'Ouvéa. Ils tuent quatre gendarmes et en prennent 27 autres en otage qu'ils répartissent en deux groupes. Le premier est libéré trois jours plus tard, mais le second groupe d'otages est emmené à la grotte de Gossannah, dans le nord de l'île. Le 27 avril, le groupe de négociateurs est lui-même capturé. Seul le chef du GIGN est relâché.

    A Paris, la gestion de crise est difficile. Jacques Chirac, alors Premier ministre, doit composer avec le président François Mitterrand qui n'est pas du même bord politique. Le 5 mai, à deux jours du second tour, ils ordonnent un double assaut contre la grotte.

    Bilan : 21 morts, deux militaires et 19 Kanaks. Plusieurs d'entre eux, blessés, auraient été retrouvés achevés d'une balle dans la tête. Trente ans plus tard, les familles demandent encore des comptes à l'Etat.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.