GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Cambodge: la vente du «Phnom Penh Post», nouveau coup dur pour la presse?

    media Le «Phnom Penh Post» va changer de propriétaire. TANG CHHIN SOTHY / AFP

    La nouvelle est tombée dans un communiqué de presse samedi soir. Au Cambodge, le Phnom Penh Post vient d’être vendu. Le journal est considéré par certains comme le dernier journal indépendant en anglais du pays. Ce rachat inquiète donc dans un contexte électoral tendu depuis la dissolution du principal parti d’opposition en novembre dernier.

    C’est dans ce communiqué que Bill Clough, propriétaire du Phnom Penh Post révèle l’identité de l’acheteur malaysien, un certain Sivakumar G. L’acquéreur est présenté comme ayant une expérience journalistique antérieure et représenterait un groupe d’investissement malaisien. Le prix de la vente n’a pas été révélé.

    Bill Clough décrit la baisse des revenus publicitaires comme la principale raison à la vente du média. Pourtant, un ancien rédacteur en chef du Phnom Penh Post, Chad Williams, suggère que le gouvernement cambodgien pourrait avoir forcé la vente. Le Phnom Penh Post devait s’acquitter d’un arriéré d’impôt de cinq millions de dollars. Le litige aurait été réglé à l’amiable la semaine dernière selon le communiqué.

    Le rachat du média s’inscrit dans un contexte de plus en plus difficile pour les médias indépendants en amont des élections générales de juillet prochain.
    A l’automne dernier, également sous la pression d’un arriéré d’impôt soudainement réclamé, c’est le Cambodia Daily qui était contraint de fermer. L’an dernier, quelque 30 fréquences de radio ont été suspendues dans le pays.

    Dans le classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF le mois dernier, le Cambodge a perdu 10 places et se classe désormais 142e sur 180 pays.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.