GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Philippines: la Cour suprême limoge sa présidente, critique envers Duterte

    media Après l'annonce de la décision contre Maria Lourdes Sereno, près de 2 000 manifestants se sont retrouvés devant la Cour suprême pour dénoncer les menaces contre la démocratie aux Philippines. Mme Sereno les salue à Manille, le 11 mai 2018. REUTERS/Dondi Tawatao

    Après des mois de conflit avec les autorités philippines, la présidente de la Cour suprême a finalement été limogée ce vendredi 11 mai suite à un vote des juges de cette même cour. Maria Lourdes Sereno était l’une des cibles du président Rodrigo Duterte depuis de nombreux mois pour avoir, entre autres, critiqué la campagne antidrogue menée par les autorités. Officiellement pourtant, elle a été limogée pour avoir omis de déclarer ses actifs et ses passifs au cours des années écoulées, ce qu’elle nie.

    Décidément, il ne fait pas bon être président de la Cour suprême aux Philippines. Maria Lourdes Sereno savait en acceptant ce poste qu’elle serait scrutée. Pourtant, elle ne s’attendait certainement pas à être limogée pour des motifs qu’elle juge fallacieux.

    Comme son prédécesseur Renato Corona, elle n’ira pas au terme de son mandat. Officiellement limogée à huit voix contre six pour s’être soustraite au paiement de l’équivalent de 40 000 dollars d’impôts et avoir falsifié des jugements, la première femme à avoir présidé la Cour suprême fait également l’objet d’une procédure d’impeachment à l’américaine. Soit une mise en accusation devant la chambre des représentants, la chambre basse du Congrès. Et si elle ne peut plus revenir sur le résultat du vote des juges qui l’ont évincée de son siège de présidente de la Cour suprême, elle compte bien se battre devant la chambre basse.

    Maria Lourdes Sereno se veut confiante dans son combat contre celui qu’elle considère comme un dictateur. Elle s’est plusieurs fois montrée critique envers la guerre antidrogue du président Duterte. Plus de 4 200 personnes soupçonnées de trafic ou de consommation de drogue ont été tuées dans le cadre de cette campagne. « Aujourd’hui, ce n’est pas la fin, c’est juste le début », a-t-elle notamment déclaré en quittant le bâtiment de la Cour suprême, sans donner plus de détails sur ce qu’elle comptait faire.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.