GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Gap omet Taïwan sur un t-shirt, la Chine se fâche

    media L'entreprise d'habillement s'est excusée auprès des autorités chinoises. SAUL LOEB / AFP

    Pour ne pas mettre en danger ses affaires en Chine, un marché crucial, Gap s'est platement excusée pour avoir vendu des t-shirt imprimés d'une carte géographique sur laquelle ne figure pas Taiwan. L'île, de facto indépendante, est considérée par Pékin comme faisant intégralement partie de la Chine.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    « Je boycotte Gap », lance un internaute sur le réseau social Weibo. Un autre réclame une loi interdisant de mettre en question la souveraineté de la Chine et propose cette punition. « En cas de non-respect, l’entreprise devra soit payer une amende, soit quitter le pays. »

    A l’origine de la polémique qui enflamme la toile, un t-shirt blanc imprimé d’une carte rouge de la Chine. Hélas, il y manque Taïwan, le Tibet et la mer de Chine méridionale, tous ces territoires que le pays revendique. Gap a eu beau présenter ses excuses et retirer le produit du marché, le déferlement continue.

    La même mésaventure est déjà arrivée à d’autres : en janvier, la chaîne hôtelière Marriott a vu son site de réservation fermer, parce que Taiwan et le Tibet y sont présentés comme des pays distincts. Puis, en avril, 36 compagnies aériennes reçoivent un rappel à l’ordre pour les mêmes faits.

    Une « absurdité orwellienne », juge la Maison Blanche, une référence aux romans de George Orwell qui donnent froid dans le dos avec leurs descriptions d’Etats totalitaires.

    Mais Pékin persiste : ceux qui veulent faire des affaires en Chine doivent se soumettre aux lois du pays

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.